Plus-values professionnelles : un rappel indispensable

| Mis à jour le 22/10/2021 | Publié le

Plus-values professionnelles

SOMMAIRE

Si vous cédez une immobilisation de manière volontaire (à la suite d’une vente, d’un apport en société, d’une cessation d'activité …) ou involontaire (expropriation, sinistre par exemple), l’opération dégage un profit ou une perte à caractère exceptionnel, imposable ou déductible. Avocats Picovschi estime opportun d’effectuer un rappel des diverses conséquences fiscales en la matière.

Rappel des principes

L'impôt dû sur la plus-value diffère selon la nature du bien cédé qui doit être inscrit à l'actif de l'entreprise en cours ou en fin d'exploitation, en fonction aussi de sa durée de détention et du régime d'imposition de l'entreprise cédante.

L'assiette de la plus-value ou de la moins-value est égale à la différence entre le prix de cession du bien et la valeur d'origine du bien, soit en principe la valeur nette comptable. Si le prix de cession est inférieur à la valeur d'origine, on constate une moins-value. Le prix de cession, versé par l'acheteur, est pris en compte net de frais et taxes ayant grevé directement l'opération, soit notamment les commissions ou honoraires d'intermédiaires pour une vente.

Pour un apport en société, le prix de cession est représenté par la valeur de l'apport proprement dit. En cas d'échange, ce prix correspond à la différence entre la valeur actuelle du bien reçu en échange et la valeur comptable du bien cédé.

Attention au redressement ! Si l’administration fiscale estime que la cession est consentie pour un prix anormalement bas, a priori non justifié par l'intérêt commercial de l'entreprise, elle se réserve évidemment la possibilité de redresser la plus-value à sa valeur réelle par le biais d’une proposition de rectification.

Dans cette hypothèse, si les intérêts en jeu s’avèrent significatifs, votre Expert-comptable est naturellement votre défenseur privilégié. Mais si l’inspecteur des Finances publiques maintient une position inéquitable, n’hésitez pas à recourir à l’assistance d’un Avocat fiscaliste expérimenté.

La mission de ce professionnel consistera alors à vous aider à obtenir gain de cause en utilisant tous les recours prévus en matière de procédures fiscales.

Règles au regard de l'impôt sur le revenu

Les entreprises concernées par le régime des plus ou moins-values sont celles qui sont soumises à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), des bénéfices non commerciaux (BNC) ou bénéfices agricoles (BA).

Le régime d'imposition diffère selon que la plus-value est qualifiée de court terme ou de long terme, soit en fonction de la durée de détention du bien cédé et selon que celui-ci est amortissable ou non.

Il est précisé que les produits de concessions de brevets ou d'inventions brevetables sont en principe soumis au régime du long terme.

De manière plus générale, les plus-values et moins-values constatées au cours d'un même exercice sont compensées entre elles pour déterminer une plus-value nette à court terme ou à long terme. La compensation des plus et moins-values à long terme est opérée après l'abattement éventuel sur les plus-values immobilières. La plus ou moins-value nette à court terme est comprise dans les résultats de l'entreprise, s’ils sont bénéficiaires, dans les conditions normales de taxation à l'impôt sur le revenu.

Est-il possible d’étaler l’imposition ?

L’entreprise a la possibilité de demander un étalement de l'imposition de la plus-value, par parts égales sur 3 ans (année en cours + 2 ans). A contrario, si l’opération dégage une moins-value à court terme, la fraction non imputée de la moins-value entraîne un déficit d'exploitation reportable en cas de bénéfice insuffisant.

Quant à la moins-value nette à long terme, celle-ci est imputable non pas sur le résultat de l'exercice, mais uniquement sur les plus-values à long terme réalisées pendant les dix années suivantes.

La plus-value nette à long terme est d'abord minorée des moins-values à long terme éventuellement réalisées au cours des 10 exercices précédents, puis le cas échéant, du déficit de l'exercice concerné.

Le solde de la plus-value à long terme est alors taxé à 12,8 %, soit au final un taux global de 30 % avec les prélèvements sociaux.

Règles au regard de l'impôt sur les sociétés

Pour les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés, une plus ou moins-value constatée à l’occasion de la cession d'une immobilisation au cours d'un exercice est également qualifiée de long terme ou de court terme. Dans ce cas, l’Expert-comptable effectue une compensation entre la plus et moins-value à court terme et celle qualifiée de long terme.

Les plus-values à court terme sont imposées comme un résultat ordinaire, respectivement au taux réduit de 15 % pour les PME dans la limite d’un montant total de 38 120 € et à 31 % au-delà de 500 000 € pour les entreprises ayant réalisé un chiffre d'affaires d'au moins 250 millions d’€.

Corrélativement, les moins-values à court terme viennent bien entendu minorer le résultat.

Le champ d'application du régime du long terme est relativement restreint. En effet, la durée de détention et le caractère amortissable ou non du bien ne sont pas pris en compte pour la généralité des biens

Quels sont les taux applicables ?

Les plus-values à long terme dégagées sur la cession de titres de participation détenus depuis au moins 2 ans sont exonérées d'impôt sur les sociétés, sauf à hauteur d’une quote-part de 12 %. Les plus-values à long terme réalisées sur la cession de titres de société à prépondérance immobilière cotée sont imposées au taux réduit de 19 %.

Par ailleurs, bénéficient du régime du long terme au taux réduit de 15 % les plus-values dégagées sur la cession de parts de fonds communs de placement à risque (FCPR), fonds professionnel de capital investissement (FPCI) et d'actions de société de capital-risque (SCR) détenues depuis au moins 5 ans, ainsi que sur les produits de la propriété industrielle détenus depuis au moins 2 ans (soit sur les cessions de brevets et les profits retirés de la concession de brevets).

Enfin, la plus-value réalisée lors de la cession d’un local professionnel en vue d'une transformation en logements est imposée au taux réduit de 19 %. Celui-ci s’applique aux :

  • Cessions de locaux industriels destinés aux logements depuis le 1er janvier 2017 jusqu'au 31 décembre 2022 inclus.
  • Promesses de vente conclues du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2022 (mais l’opération doit intervenir avant 2025).
  • Ventes et promesses de vente de terrains à bâtir conclues du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022.

En qualité de dirigeant d’entreprise, vous êtes un jour ou l’autre confronté à la cession d’une immobilisation.

En cas de rehaussement intempestif à la suite de l’opération parmi le cas échéant, d’autres chefs de redressements envisagés par l’inspecteur en conclusion d’une vérification de comptabilité ou d’un examen de comptabilité, rapprochez-vous d’Avocats Picovschi situé à Paris 17ème dont la compétence en Droit fiscal est reconnue de longue date.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Jean Martin - Consultant Droit fiscal

Jean Martin
Ancien Inspecteur des Impôts

Nous bénéficions de l'expertise de notre of counsel, Jean Martin, ancien Inspecteur des Impôts.

Articles sur le même thème

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions