Remariage et succession : le partage du patrimoine, source de conflit ?

Par Avocats Picovschi | Publié le 26/07/2018

illustration de l'article

SOMMAIRE

En cas de remariage de l’un de vos parents, il est très fréquent que vous vous sentiez exclus en tant qu’enfant(s) issu(s) d’une première union. Vous vous interrogez sur les conséquences patrimoniales en cas de décès de votre parent ? Vous doutez des intentions du nouveau conjoint et vous craignez que votre part sur la succession ne soit réduite voire inexistante à cause de manœuvres du nouveau conjoint ? Avocats Picovschi, expert en droit des successions à Paris, vous éclaire sur cette situation délicate.

Remariage et succession : les droits du conjoint survivant et des enfants d’un premier lit

Enfant d’un premier lit, vous venez de perdre votre parent et vous êtes confrontés au nouveau conjoint à l’ouverture de la succession. Il est assez fréquent que les enfants d’un premier lit ne s’entendent pas avec le nouveau conjoint : différence d’âge importante avec votre parent, sentiment d’être évincés, mis à l’écart, d’isolement de votre parent, suspicion d’abus de faiblesse ou de mauvais traitements. Il est alors important de connaître les droits de chacune des parties afin d’éviter tout conflit si toutefois le nouveau conjoint souhaite s’emparer d’une partie plus importante de l’actif successoral.

Lors d’un remariage et lorsqu’il n’y a pas de testament, le nouveau conjoint a droit, en présence d’enfants d’un premier lit, à un quart des biens de la succession et ce en pleine propriété. En outre, il jouit gratuitement pendant un an à compter du décès, d’un droit d’usage et d’habitation sur le bien qui a constitué la résidence principale du couple. Les enfants d’un premier lit gardent quant à eux leur part réservataire qui leur revient de droit, soit les trois quarts restants à parts égales.

En cas d’atteinte à la réserve héréditaire, vous avez la possibilité en tant qu’enfants, d’agir en justice pour recouvrer vos droits. Pour ce faire, avec l’aide et l’expérience d’un avocat expert en droit des successions, il vous sera possible d’engager une action en réduction si vous estimez que vous avez reçu moins que la part qui vous revenait de droit.

En revanche, il est possible que votre défunt parent ait rédigé un testament afin que ses dernières volontés soient respectées. Dans ce cas, il faudra que le testament s’applique tout en respectant strictement la part réservataire de chacun des héritiers. Si toutefois, vous n’avez rien perçu de la succession de votre défunt parent, vous pouvez contester le partage. L’avocat est alors indispensable pour vous permettre d’engager une  action en nullité dudit testament.

Vous soupçonnez des agissements frauduleux ? Faites valoir vos droits !

Il arrive souvent que le nouveau conjoint se ligue contre les enfants du premier lit car il estime légitime de recueillir davantage de biens. Les raisons sont multiples : il s’est occupé de votre défunt parent jusqu’à la fin, il n’a jamais entretenu de bonnes relations avec vous et estime que tout lui revient ou encore, il a tout fait pour vous écarter de la vie de votre parent et il ne souhaite pas vous voir vous mêler de « leurs affaires ».

Parfois même, vous pouvez apprendre, au détour d’une conversation ou en tombant sur des papiers de votre parent décédé, sur des informations que l’on vous a caché : l’existence d’une donation au dernier vivant, des comptes bancaires révélant des sommes détournées ou encore des objets de valeurs ayant disparus.

Si vous soupçonnez un quelconque détournement d’héritage qui n’aurait comme seul but que de vous spolier de la part d’héritage qui vous revient de droit, il est impératif de faire appel à un avocat expérimenté en matière de droit de successions. Vous pensez peut-être pouvoir agir seul pour contrer le nouveau conjoint mais l’avocat a une véritable plus-value. Grâce à son expérience dans ce type de situation, il pourra agir pour votre compte afin de faire la lumière sur les différents agissements frauduleux du nouveau conjoint. Il lui appartiendra d’enquêter auprès des différents organismes bancaires et compagnies d’assurance, ou encore auprès du notaire pour révéler au grand jour les manipulations dont vous auriez pu faire l’objet.

Par ailleurs, il se peut que le nouveau conjoint se soit vu consentir une donation au dernier vivant par votre parent décédé, ce dont vous n’étiez pas au courant. Dans ce cas précis, le conjoint aura le choix entre la totalité des biens en usufruits ou le quart en pleine propriété et trois quarts en usufruit sur l’ensemble des biens de la succession. En tant qu’enfants, vous recevrez la nue-propriété du patrimoine de votre parent décédé et ce ne sera qu’au décès du nouveau conjoint, que vous bénéficierez de la pleine propriété. Cela peut être problématique notamment lorsque le nouveau conjoint a presque votre âge ! Si cette donation vous semble disproportionnée et que vous souhaitez la contester car vous vous sentez lésés et que vous doutez de l’honnêteté de l’opération, faites appel à un avocat expérimenté qui prendra en charge le contentieux relatif à la révocation de ladite donation.

Enfants issus d’un premier lit, vous êtes en conflit avec le nouveau conjoint de votre parent décédé quant à la succession et vous ne savez plus comment vous en sortir pour débloquer la situation ? Avocats Picovschi, compétent en matière de droit des successions depuis plus de 30 ans, dispose d’un pôle composé d’avocats compétents prêts à vous accompagner afin de faire valoir vos droits dans la succession de votre parent décédé.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information
sont à votre écoute

Prendre rendez-vous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Avocats Picovschi - 90 avenue Niel 75017 Paris

Continuez votre recherche avec

Nos succès
Prix et distinctions
Nos autres domaines
d’interventions