Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Le devoir de loyaute externe des associes

Par Marie NORMAND | Mis à jour le 23/10/2014


Les associés ont un devoir de loyauté envers les autres associés mais ils ont également un devoir de loyauté envers des tiers, il s'agit de la loyauté externe.

Ce devoir signifie qu'un associé ne doit pas porter atteinte à l'intérêt de la société dans ses rapports avec les tiers. Trois cas de figure peuvent se présenter.

L’atteinte à l’image de la société

L'associé peut tout d'abord porter atteinte à l'image de la société. Il s'agit alors d'une faute qui doit être caractérisée parce qu'il existe un droit de critique devant être mesuré et vrai. On parle d'exception de vérité. L'associé peut ainsi critiquer la société sur des éléments objectifs.

La captation d’opportunité

Le deuxième cas est celui de la captation d'opportunité. L'associé en sa qualité a été informé d'une possibilité d'affaire, conçue dans le cadre de la société, mais il décide de réaliser lui-même le projet à l'extérieur. Ce cas se produit le plus souvent avec les dirigeants mais il est également concevable avec les associés. La preuve de l'existence d'une captation d'opportunité peut entraîner la condamnation de l'associé au versement de dommages et intérêts à la société.

L’associé a-t-il une obligation de non-concurrence ?

Enfin l'associé peut être l'auteur d'une concurrence déloyale dont le but est de capter la clientèle de la société. L'associé peut voir engager sa responsabilité civile de droit commun sur le fondement de l'article 1382 du Code civil. Toutefois la preuve du préjudice subi par la société est souvent difficile, et cette difficulté a souvent conduit à l'insertion d'une clause de non-concurrence, qui doit être limitée dans le temps et dans l'espace, dans les statuts. En cas d'irrespect de cette clause par un associé, l'associé devra cesser toute exploitation concurrentielle et pourra être condamné au versement de dommages et intérêts.

Mais, parce que la clause statutaire doit être limitée dans le temps et l'espace, elle ne permet pas toujours d'assurer la protection de la société. La jurisprudence a parfois admis qu'il existait à la charge des associés une obligation de non-concurrence résultant de la nature de la situation juridique dans laquelle se trouvent les parties. Cette obligation de non-concurrence des associés envers la société est parfois discutée puisqu'il n'existe pas de clause d'exclusivité.

Quoi qu'il en soit, la jurisprudence met parfois à la charge des associés des sociétés de personnes une obligation de non-concurrence en raison du fort intuitu personae qui règne dans ces types de sociétés. En revanche dans les sociétés de capitaux, l'obligation de non-concurrence des associés vis-à-vis de la société est très exceptionnelle.

Parce que la participation à la vie sociale implique un certain nombre de devoirs, le recours à un professionnel du droit tel que l’avocat d’affaires permet d'assurer au mieux la préservation des intérêts des différentes parties en présence.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.