Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Travail dissimulé : quelles sanctions?

Par Avocats Picovschi | Mis à jour le 09/12/2015


illustration de l'article

SOMMAIRE

La contrainte des formalités et la lourdeur des charges sociales justifient aux yeux de certains employeurs peu scrupuleux de passer outre les règles du droit du travail. À l’inverse, la complexité de la législation sociale peut entrainer un employeur de bonne foi à se rendre coupable, de façon non intentionnelle, d’une telle infraction. Quelles sont les sanctions applicables en cas de travail dissimulé ? Que risque l’employeur ? Avocats Picovschi vous met en garde.

Le travail dissimulé, c'est un délit !

Il faut savoir que le travail dissimulé est un délit. À ce titre tout contrevenant se plaçant dans une telle situation encourt des sanctions non seulement civiles et administratives, mais également pénales.

Ainsi rentrent dans le cadre du travail dissimulé et sont interdits :

- le fait d’exercer une activité à but lucratif en se soustrayant à ses obligations légales : absence d’immatriculation au répertoire des métiers ou au RCS… ; absence de déclaration auprès des organismes tels que l’URSSAF, l’administration fiscale… ; le fait de ne pas déclarer une partie de son chiffre d’affaires ou ses revenus ; continuer son activité après la radiation de son entreprise…

- « La publicité, par quelque moyen que ce soit, tendant à favoriser, en toute connaissance de cause, le travail dissimulé » ;

- « Le fait de recourir sciemment, directement ou par personne interposée, aux services de celui qui exerce un travail dissimulé ».

Cette liste est non exhaustive et la jurisprudence est venue également ajouter d’autres comportements fautifs constitutifs de travail dissimulé (ne pas prendre en compte des heures supplémentaires, ne pas remettre des bulletins de paie, l’absence de déclaration préalable à l’embauche…). D’autres infractions viennent sanctionner des comportements similaires : le prêt lucratif de main-d’œuvre, l’emploi non régulier de travailleurs étrangers…

C’est le Code du travail qui définit précisément cette infraction et vient la sanctionner.

Au-delà des sanctions pénales, d’autres sanctions administratives viennent s’ajouter ainsi qu’une forte probabilité de contrôle URSSAF et/ou de contrôle fiscal à la clef.

Travail dissimulé : les sanctions sont lourdes

Les sanctions pénales

Le Code du travail prévoit de lourdes sanctions pour l’auteur du délit de travail dissimulé.

Ce dernier encourt une peine de 3 ans d’emprisonnement et une amende de 45.000 euros. Les peines seront aggravées si le salarié est mineur ou une personne particulièrement vulnérable. Pour les personnes physiques, sociétés, la peine est plus élevée, l’amende pouvant atteindre 225.000 euros.

D’autres peines accessoires prévues cette fois par le Code pénal sont applicables : l’interdiction d’exercer, la dissolution de la société, la fermeture de l’établissement…

À ces sanctions pénales s’ajoutent des sanctions administratives.

Sanctions administratives

L’article L8224-3 du Code du travail prévoit que toute personne physique s’étant rendue coupable de travail dissimulé encourt notamment une interdiction d’exercer une fonction publique ou de gérer une entreprise par exemple, l’exclusion des marchés publics pendant cinq ans maximum… La décision de sanction pourra être publiée et diffusée par le ministère du travail pendant deux années au plus.

Rappelons que l’URSSAF pourra procéder à un contrôle en cas de travail dissimulé, pouvant remonter jusqu’à cinq ans en arrière. Le rappel des cotisations, les pénalités de retard, l’indemnité forfaitaire pour travail dissimulé risquent de vous coûter très cher ! Devant la complexité de la réglementation et surtout la gravité des sanctions encourues, l’assistance d’un avocat expérimenté en droit du travail et contentieux URSSAF est indispensable afin de protéger vos intérêts et ceux de votre entreprise et de vous défendre.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.