Le licenciement pour cause reelle et serieuse

| mis à jour le 16/10/2014
Article archivé

Le licenciement se définit comme la décision de l'employeur de rompre le contrat de travail à durée indéterminée qui le lie avec son salarié. Depuis 1973, le licenciement n’est licite que s’il est justifié par une cause réelle et sérieuse, laissée à l’appréciation souveraine des juges.

L'exigence d'une cause réelle et sérieuse dans le licenciement

La loi du 13 juillet 1973, complétée par la loi du 2 août 1989, pose les règles en la matière : le licenciement n'est licite que s'il est justifié par une cause réelle et sérieuse. Le Code du travail dispose ainsi que tout licenciement pour motif personnel doit être motivé dans les conditions définies les dispositions légales et « justifié par une cause réelle et sérieuse ». Cette notion n’est toutefois pas définie par le législateur.

La cause réelle

Pour que la cause soit réelle, elle doit remplir trois conditions, à savoir être objective, existante et exacte.

Une cause objective

L'objectivité de la cause se traduit par des éléments extérieurs vérifiables. L'employeur doit donc se référer à des faits précis. Dans un arrêt du 29 novembre 1990, la Chambre sociale de la Cour de cassation a énoncé « qu'un licenciement pour une cause inhérente à la personne doit être fondé sur des éléments objectifs ; que la perte de confiance alléguée par l'employeur ne constitue pas en soi un motif de licenciement ».

Par ailleurs, l'employeur ne peut licencier un salarié en raison d'une discrimination raciale, ethnique, religieuse, politique, de l'exercice du droit de grève, d'une activité syndicale.

Une cause existante et exacte

L'employeur, depuis 1973, ne peut plus faire état d'une insuffisance professionnelle sans s'appuyer sur des faits précis. La simple allégation de l'employeur ne suffit plus. Ces faits doivent pouvoir être constatés objectivement,  être matériellement vérifiables.

Aussi, depuis la jurisprudence dite Janousek de 1976, l'absence de motifs précis équivaut à un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La cause sérieuse

La cause sérieuse peut résulter de faits, fautifs ou non, inhérents au salarié et liés à son activité professionnelle. La faute du salarié doit être sérieuse, c'est-à-dire présenter une certaine gravité. La faute légère ne suffit plus à justifier un licenciement, comme par exemple le fait d’arriver quelques fois en retard à son travail. 

La faute sérieuse se distingue également de la faute grave qui fait perdre au salarié le droit au préavis et à l'indemnité de licenciement. La cause réelle et sérieuse dans le licenciement peut exister en l'absence de faute du salarié, du moment que cela influe sur la bonne marche de l'entreprise.

Circonstances économiques

La cause réelle et sérieuse peut résulter en outre de circonstances économiques. Ainsi, dans un arrêt de l'Assemblée plénière de la Cour de cassation en date du 8 décembre 2000, il a été décidé qu'il y avait cause réelle et sérieuse dans le licenciement dès lors que « la réorganisation de l'entreprise est impérative pour la sauvegarde de sa compétitivité ou du secteur d'activité du groupe auquel elle appartient. L'importance du chiffre d'affaires et les objectifs de la société ne signifient pas que la société est dite en « bonne santé ».

Il apparait difficile de donner une véritable définition de la cause réelle et sérieuse. Les juges apprécient au cas par cas en cas de contentieux.

Le contrôle de la Cour de cassation

La Cour de cassation opère un contrôle relatif au licenciement sans cause réelle et sérieuse. Toutefois, par des arrêts de 1985, la Cour a expressément restreint son contrôle en affirmant que « le juge du fond, par un décision motivée, n'a fait qu'user des pouvoirs qu'il tient du Code du Travail en décidant que le licenciement procédait d'une cause répondant aux exigences légales ». Par la suite, la Cour de cassation s'est limitée à un contrôle de motivation des juges du fond.

Toutefois, il apparaît, via des arrêts récents, que la Cour de cassation ne respecte pas toujours ces règles, en effectuant régulièrement un contrôle large de qualification. Elle exerce ce contrôle sur la qualification même du licenciement, sur la licéité de la cause de licenciement.

Le juge va apprécier le caractère réel et sérieux du licenciement en se fondant sur les preuves fournies par les parties qui sont à égalité. Le juge peut alors ordonner toute mesure qu'il estime nécessaire pour éclairer le débat. La loi de 1973 a apporté une innovation importante en ce que la charge de la preuve n'incombe plus au demandeur, en l'espèce le salarié.

C'est alors l'employeur alléguant la cause réelle et sérieuse du licenciement qui doit en apporter la preuve. En effet, la loi est venue contrecarrer cette jurisprudence en énonçant que « si un doute subsiste, il profite au salarié ».


par Gabriel Dumenil, élève-avocat

Les lecteurs d'AvocatsPicovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Vous avez aimé cet article, partagez-le sur vos réseaux sociaux !