Maison en indivision occupée par un héritier : quels sont vos droits ?

| Publié le

Maison en indivision occupée par un héritier

SOMMAIRE

Tant que le partage successoral n’a pas été réglé, il est monnaie courante que plusieurs héritiers se retrouvent propriétaires en indivision d’un bien immobilier. Toutefois, si l’un des indivisaires décide d’occuper le logement en indivision, les choses se compliquent. En tant qu’héritier non occupant, quels sont vos droits ? Avocats Picovschi vous informe.

Un héritier a-t-il le droit d’occuper le logement détenu en indivision successorale ?

L’article 815-9 du Code civil dispose que « l’indivisaire qui use ou jouit privativement de la chose indivise est, sauf convention contraire, redevable d’une indemnité ».

Chaque indivisaire peut ainsi user et jouir des biens indivis, conformément à leur destination, dans la mesure où l’usage et la jouissance sont compatibles avec le droit des autres coindivisaires.

Il en résulte que même si plusieurs héritiers se partagent donc la propriété du bien immobilier, celui qui en use devra verser une indemnité d’occupation aux cohéritiers.

Si vous faites face à la situation où un des coindivisaires a décidé d’occuper seul la maison placée en indivision et qu’il écarte, à ce titre, tous les autres coindivisaires de la possibilité d’occuper le bien, il est évident qu’une indemnité d’occupation doit être versée au titre de la jouissance privative dont il bénéficie.

Outre cette obligation, il peut exister une entente entre héritiers afin d’organiser les modalités de l’occupation, voire de supprimer cette indemnité d’occupation.

Comment définir le montant de l’indemnité d’occupation ?

Encore une fois, s’il y a entente entre les coindivisaires, le montant de l’indemnité d’occupation peut être fixé librement. Toutefois, il n’est pas rare que d’éventuels conflits surgissent et qu’aucun accord amiable ne puisse être trouvé.

C’est pourquoi il demeure tout à fait possible, à défaut d’accord, de requérir l’intervention du juge afin qu’il calcule ce montant, selon son appréciation souveraine. Évidemment, dans ce cas précis, la méthode la plus communément utilisée est la prise en compte de la valeur locative du bien immobilier. Il convient alors de préciser qu’il est d’usage de pratiquer un abattement de 20% sur la valeur locative afin de tenir compte de la précarité de l’occupation (Cour d’appel de Versailles, 1re chambre 1re section, 24 septembre 2019, n° 18/01544).

En effet, à la différence d’un bail pour lequel une durée d’occupation est prévue, l’usage privatif d’un bien indivis peut prendre fin à tout moment : l’occupant d’un bien indivis a donc moins de droits d’un locataire.

De plus, le juge a également le pouvoir de décider de la gratuité de l’occupation lorsque cet héritier connaît des difficultés économiques et financières.

Enfin, à défaut d’accord entre les indivisaires, l’indemnité d’occupation sera due à l’indivision, conformément à l’article 815-10 du Code civil.

Quels sont mes devoirs en tant que coindivisaire ?

Occupant ou non de la maison indivise, lorsque des dépenses d’amélioration ou de conservation ont été réalisées par un indivisaire, l’article 815-13 du Code civil impose une obligation de la part des autres héritiers de verser une indemnité. Le calcul du montant de l’indemnité à reverser se fondera sur la base de la plus-value apportée au bien au moment du partage. L’héritier disposera alors d’une créance sur la succession.

Attention, ce n’est pas parce que l’occupant d’un bien indivis fait des travaux qu’il est dispensé de verser une indemnité d’occupation !

Quant aux dépenses de conservation du logement, ces dernières sont également dues dans la mesure où elles seraient strictement nécessaires à la conservation du bien. C’est pourquoi les frais d’assurance habitation, les échéances de prêt immobilier venant en financement du logement ou encore les taxes foncières sont considérées comme étant des dépenses de conservation tandis que les redevances d’un service de télésurveillance ou les frais de réparation de la chaudière n’en sont pas.

De même, si le bien est occupé par un seul des indivisaires, les charges liées aux dépenses d’entretien courant du logement (eau, électricité, chauffage) sont supportées par lui et lui seul. Ce ne sont que les charges qui ne relèvent pas de la jouissance privative qui doivent revenir à l’indivision, en leur valeur nominale.

Comment obtenir le versement d’une indemnité d’occupation ?

Lorsque l’héritier occupant est réfractaire à vous verser une indemnité d’occupation, il est là aussi possible de recourir à l’aide d’un avocat afin de saisir la justice pour l’obtenir. Cette demande doit être formulée dans un délai de cinq ans après la date à laquelle les fruits d’une éventuelle location auraient dû être perçus ou l’ont été.

Il est important de garder en tête que l’indemnité d’occupation ne sera pas versée directement aux autres indivisaires, mais à l’indivision dans sa globalité. Ainsi, il ne sera pas possible de demander à l’héritier occupant le paiement d’une part correspondant à ses droits personnels dans l’indivision.

Si, néanmoins, le conflit existant entre héritiers semble insurmontable et entrave la bonne gestion de la maison que vous détenez en indivision, vous pourriez tout à fait demander le partage de l’indivision successorale.

Avocats Picovschi, compétent en droit des successions à Paris, vous assiste afin de mettre fin au conflit inhérent à l’indivision successorale, qu’il s’agisse de demander une indemnité d’occupation ou encore de sortir de l’indivision.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Articles sur le même thème

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions