Articles sur le même thème

Vous voulez plus d’informations ?
Contactez nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

Aujourd'hui l'appât du gain pousse à tuer pour hériter.

| Mis à jour le 12/05/2015 | Publié le

De nos jours, il semblerait qu’on n’hésite plus à aller jusqu’au meurtre pour éviter le partage de la succession et toucher la plus grosse part d’héritage possible.

La tuerie de Chevaline pourrait en être un parfait exemple. En effet, les enquêteurs ont envisagé l’hypothèse selon laquelle l’assassinat de Chevaline serait dû à un conflit relatif à des questions d’héritage et il s’agirait de la seule pour laquelle les policiers auraient un mobile.

L’affaire reste toujours mystérieuse, en effet, le 5 septembre 2012, les corps de trois membres d’une famille : le père, la mère et la grand-mère, ont été retrouvés criblés de balles dans leur voiture, à Chevaline en Haute Savoie. La famille Al-Hilli y passait alors de simples vacances.

Un motard aperçu à proximité des lieux de la tuerie était présenté depuis fin 2013 comme le suspect numéro 1. Il a finalement été mis hors de cause en février 2015.

Les soupçons de ce triple meurtre se sont encore actuellement portés sur le frère du chef de famille défunt, avec qui il était en conflit depuis le décès de leur père pour des questions de succession et a fortiori des questions d’argent. Si cette hypothèse est un jour confirmée cela viendrait une fois de plus révéler quel est le fond de la nature humaine. Afin de toucher une part d’héritage plus rapidement ou plus importante, on n’hésite plus à tuer des membres de sa famille.

Avant, pour toucher un héritage, on séduisait la tante ou la grand-mère lorsque ses vieux jours se faisaient pressants. On essayait d’obtenir un maximum de choses de la part de la personne qui venait à décéder. Le but était parfois de figurer dans le testament, et si possible à la première place.

Tout ce qui pouvait se retrouver dans les films n’avait rien d’absurde. En effet, les films s’appuient sur la réalité. On pouvait voir des médecins ou des aides soignantes donner la mort à leur patient en raison d’un arrangement avec l’un des héritiers.

Aujourd’hui les médecins ainsi que d’autres professions ne peuvent plus être désignés héritiers par la personne qu’ils ont soignée par exemple. C’était pour éviter ce genre de situation que la loi a prévu cette disposition (Article 909 du Code civil).

Nous sommes intervenus dans le fameux dossier médiatique d’assassinat pour s’approprier l’outil industriel qui a défrayé la chronique.

Il faut bien se rendre compte qu’aujourd’hui le fait que des enfants en bas âge soient impliqués dans des questions d’héritage n’empêche pas des crimes odieux.

On peut se poser légitimement la question de savoir jusqu’où l’appât du gain poussera les gens à aller ?

Source : http://www.liberation.fr « Deux ans et demi après la tuerie de chevaline l’enquête au point mort » par Juliette Deborde, le 6 mars 2015.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions