Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Une nouvelle définition de la faute grave

Par Marion Batandier | Mis à jour le 05/08/2014


Un employeur peut-il se prévaloir d’une faute grave pour licencier un salarié alors même que la rupture du contrat de travail n’est pas immédiate et qu’une indemnité de préavis est reversée au salarié ?  Telle est la question à laquelle a répondu la Chambre sociale de la Cour de cassation dans son arrêt du 27 septembre 2007.

Le code du travail prévoit que lorsque le salarié est dispensé d’effectuer son préavis, une indemnité compensatoire doit lui être reversée sauf en cas de faute grave.

Avant, l’arrêt du 27 septembre 2007, selon une jurisprudence constante, la Chambre sociale définissait la faute grave comme résultant « d’un fait ou d’un ensemble de faits imputables au salarié qui constitue une violation des obligations découlant du contrat de travail d’importance telle qu’elle rend impossible le maintien du contrat pendant la durée du préavis ».

De plus, elle reconnaissait traditionnellement  que la faute grave ne pouvait être retenue que si l’employeur prononçait la rupture immédiate du contrat de travail. L’arrêt du 27 septembre 2007 semble opérer un revirement en détachant la notion de faute grave de celle du préavis.

En l’espèce, un employé, engagé pour une durée déterminée est licencié pour faute grave. La lettre de licenciement précise que la rupture du contrat de travail ne sera effective qu’après un préavis de quinze jours, dont l’employé est dispensé. De plus, la lettre ajoute que le préavis est rémunéré. Pour le salarié il n’y a pas faute grave,  puisque la rupture du contrat n'a pas été immédiate. Il demande par conséquent l’octroi des indemnités de licenciement. Les juges n’ont pas suivi ce raisonnement, et la Cour de cassation rejette le pourvoi.

Apports : 

  • La Chambre sociale considère que dès lors que l’employeur a demandé au salarié de cesser son activité dès la constatation de la faute grave, la date effective de la rupture du contrat et le fait qu’elle ait lieu après le préavis n’a pas d’importance.
  • Elle définit la faute grave comme étant « celle qui rend impossible le maintien du salarié dans l’entreprise ». Elle abandonne le terme « pendant la durée du préavis ».
  • De plus, le fait que l’employeur rémunère le salarié durant le préavis, ne le prive pas de se prévaloir de la faute grave. L'employeur peut verser au salarié l'indemnité compensatrice de préavis alors même que la faute grave exclut une telle indemnité (article L 122-8 du code du travail).

Il est donc indispensable de faire appel à un avocat pour gérer en amont la gestion de la rupture des contrats de travail des salariés pour que celle-ci soit en parfaite adéquation avec les textes et la jurisprudence récente.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.