Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit du travail

La qualification de la rémunération des temps de pause des salariés est-elle celle du temps de travail effectif ?

Par Avocats Picovschi | Mis à jour le 10/06/2015 | Publié le 25/02/2011


La chambre criminelle, dans un arrêt du 15 février 2011, s’est penchée sur la question suivante : une prime perçue à l'occasion des pauses est-elle, comme le prétendait l'employeur, un complément de salaire ou bien une indemnité forfaitaire distincte de la rémunération du temps de travail effectif (Cass., Crim., deux arrêts, 15 février 2011, pourvoi n° 10-83.988 et n° 10-87.019).

Le temps de pause, temps de travail effectif ?

Le litige qui opposait des salariés et des groupes de supermarché, reposait sur la qualification de la rémunération du temps de pause. La question était de savoir si le temps de pause était un temps de travail effectif ? Dans l'affirmative, sa rémunération devait-elle être intégrée dans le calcul du salaire permettant de savoir si le seuil du salaire minimum de croissance (SMIC) avait été atteint ?

S'agissant du temps de pause, il résulte des articles L 3121-1 et L 3121-2 du Code du travail que « la durée du travail effectif est le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l'employeur et se conforme à ses directives sans pouvoir vaquer à des occupations personnelles ». Le temps nécessaire à la restauration ainsi que les temps consacrés aux pauses sont considérés comme du temps de travail effectif dès lors que les critères précités sont réunis.

Toutefois, même si ces temps de pause ne seraient pas reconnus comme du temps de travail effectif, ils peuvent faire l'objet d'une rémunération prévue par une convention ou un accord collectif, ou par le contrat de travail. Pour ce qui concerne la rémunération, lorsque le salaire horaire contractuel est devenu inférieur au SMIC, un complément est accordé de façon à porter la rémunération au montant du SMIC.

La solution de la Cour de cassation

Dans cette affaire, l'employeur avait intégré dans le calcul du salaire de base de cent soixante-douze salariés, la rémunération des temps de pause prévus, à raison de 5 % du temps de travail effectif. Il prétendait s’être fondé sur la convention collective étendue du commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire alors que, selon cette dernière et l'accord conclu dans l'entreprise, les temps de pause permettaient aux salariés de vaquer librement à des occupations personnelles.

Cependant, la chambre criminelle a considéré que « dans le cas où les temps de pause correspondent à un repos obligatoire durant lequel les salariés ne sont plus à la disposition de leur employeur, les primes les rémunérant, qui ne correspondent ni à un travail effectif au sens de l'article L. 3121-1 du Code du travail, ni à un complément de salaire de fait au sens de l'article D. 3231-6 du Code du travail dudit code, sont exclues du salaire devant être comparé au salaire minimum de croissance ».

Le groupe de supermarchés se voient ainsi condamné selon les dispositions pénales de l'article R. 3233-1 du code du travail qui punit de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe, le fait de payer des salaires inférieurs au SMIC.

Le droit du travail nécessite les conseils avisés d’un avocat compétent en la matière à chacune des étapes de la vie de la société. De l’embauche au licenciement, en passant par l’optimisation des charges salariales, l’avocat est un atout clé pour l’entreprise qui souhaite sécuriser ses opérations de développement. Avocats PICOVSCHI saura vous accompagner et vous apporter l’aide adaptée à votre situation.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.