Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Le secret bancaire en Europe

Par Jade Wu, juriste | Mis à jour le 30/09/2014


Dans le cadre de la lutte contre la concurrence fiscale dommageable à l'intérieure de l'Espace Economique Européen, le Conseil de l'Union Européenne a  dans un premier temps adopté une directive sur la fiscalité des revenus de l'épargne. Cette directive, considérée comme mettant fin au secret bancaire en Europe est entré en vigueur le 1er janvier 2005. Depuis, une nouvelle directive anti-fraude fiscale a été adoptée en février 2011 et prévoit la fin du secret bancaire pour l'ensemble des états membre de l'Union Européenne au 1er janvier 2013.

Le secret bancaire, c'est quoi ?

Les banques sont soumises au secret professionnel. En d'autres termes, elles ont une obligation de ne pas communiquer des informations relatives à leurs clients à des tiers. La notion recouvre également la possibilité pour des personnes physiques comme morales de détenir des avoirs bancaires sans nécessairement que leurs nom ou raison sociale ne soient connus.

Pourquoi est-il nécessaire de supprimer le secret bancaire ?

Le secret bancaire empêche toute transparence dans le système. Aussi il peut parfois être un abri pour les fraudes fiscales. La fiscalité n'est pas une matière qui bénéficie au sein de l'Union Européenne d'un processus d'harmonisation. Afin de lutter contre l'évasion fiscale et la fraude fiscale, le Conseil Européen a tenté de mettre en place une plus grande coopération administrative qui repose notamment sur un échange d'informations plus efficace.

La fin du secret bancaire, qu'est-ce que qui change ?

Un Etat membre de l'Union Européenne n'a pas la possibilité de refuser de fournir des informations concernant un contribuable ressortissant de l'UE en invoquant, afin de justifier ce refus, le fait que c'est une banque ou autre établissement financier similaire qui détient ces informations.

De la même façon, l'Etat qui demande des informations doit assortir ses demandes de certaines précisions telles que l'identité du contribuable qui est l'objet de l'enquête ainsi que de la finalité fiscale des informations que l'Etat veut recueillir.

Quels sont les changements apportés par la directive ?

Le Conseil Européen prévoit la mise en place d'un système d'échange automatique d'informations pour 8 catégories de revenu et de capital à compter de 2017. En attendant, à partir de 2015, cinq catégories devraient déjà être déterminées et bénéficier de ce système.

Par ailleurs, la directive prévoit d'autres arrangements pour la coopération entre Etats, et notamment concernant les taxes directes :

  • des délais seront fixés : notamment celui dans lequel l'information requise doit être fournie, mais aussi celui fixant la durée des enquêtes administratives
  • les échanges d'informations entre Etat se dérouleront par le biais de formulaires
  • les fonctionnaires d'un Etat membre de l'UE auront la possibilité de mener des enquêtes administratives directement sur le territoire d'un autre Etat membre.

La tendance est donc à une coopération renforcée des Etats en matière de lutte contre la fraude fiscale, permettant notamment d’aboutir à des contrôles fiscaux plus efficaces. Les pays les plus réticents à la levée du secret bancaire s’alignent les uns après les autres, créant une unité européenne en matière bancaire.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.