Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit international

La protection sociale des français à l’étranger

| Mis à jour le 19/07/2017


illustration de l'article

SOMMAIRE

Les français sont de plus en plus nombreux à être tentés par une expérience professionnelle à l'étranger. Mais beaucoup se laissent dissuader par la crainte de se retrouver dans une situation précaire ou incertaine, notamment en ce qui concerne leur régime de protection sociale. Avocats Picovschi, compétent en droit de la mobilité internationale depuis près de 30 ans vous donne les clés pour vous épanouir dans le cadre de votre mission à l’étranger, sans mauvaise surprise que ce soit sur place ou à votre retour.

Bien anticiper ces questions pour plus de tranquillité

Il est primordial de se préoccuper de ces questions avant votre départ. La protection sociale, couvre aussi bien les remboursements des frais de maladie, maternité, hospitalisation, la prise en charge des accidents du travail, la retraite (sécurité sociale et complémentaire), que l'assurance chômage ou l'assistance rapatriement sanitaire pour sa famille ou soi-même. Ces aspects ne doivent pas être négligés afin d'éviter de se retrouver dans des situations délicates, douloureuses ou qui peuvent se révéler très dispendieuses.

Afin de déterminer quel régime est applicable aux salariés qui décident d'aller travailler à l'étranger il convient de déterminer le statut qui leur est applicable par l'administration française. Deux statuts sont ainsi envisageables : le détachement ou l'expatriation.

Protection sociale et détachement

Dans le cadre d'un détachement par l'employeur français pour une durée limitée à l'étranger, le régime français de protection sociale (sécurité sociale, chômage, retraites complémentaires et, le cas échéant, protection mutualiste) est maintenu. Dans ce cas il incombe à l'employeur d'accomplir les formalités préalables et de s'engager à verser l'intégralité des cotisations dues en France pendant la période d'activité à l'étranger. Dans ce cas le maintien au régime français se fait en vertu de l’application de textes internationaux (règlements communautaires, accords bilatéraux), ou en application de la législation française.

En effet, si le détachement a pour cadre un pays de l'Union européenne (EU) les règlements n°883/2004 et 987/2009 s'appliquent. Les règlements n° n°1408/71 et 574/72 restent en vigueur pour la Suisse, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein. Si vous êtes dans un pays membre de l'Union européenne, le détachement est alors de deux ans avec un renouvellement possible d'un an. Pour la Suisse, l'Islande, la Norvège et le Liechtenstein, le détachement est d'un an avec renouvellement possible d'un an. Dans tous les cas, le détachement ne pourra jamais excéder 6 ans même en cas de détachement exceptionnel.

Dans le cas d'un détachement dans un pays avec lequel la France a conclu une convention de sécurité sociale (notamment : l'Algérie, le Canada, le Congo, les États-Unis, Israël, le Japon, le Maroc, la Tunisie, la Turquie) la durée est prévue par l'accord bilatéral et la durée du détachement varie généralement entre 6 mois et 5 ans. Des possibilités de prolongation du détachement initial peuvent également être prévues.

Enfin, un détachement dans le cadre de la législation française (article L 761-2 du code de la sécurité sociale), est possible dans différents cas. Par exemple lors d'un détachement dans un pays avec lequel la France n'a pas conclu de convention, ou que le détachement, dans un pays avec lequel la France a conclu une convention, est arrivé à son terme. Alors la durée du détachement prévue par la législation française est de 3 ans, renouvelable une fois.

Protection sociale et expatriation

Le second régime envisageable est celui d’expatrié qui implique pour le salarié concerné de cotiser au régime de protection sociale du pays d'accueil. Ce régime est applicable dès lors que le salarié ne remplit pas les conditions pour bénéficier d'un détachement. Il cesse alors de dépendre du régime français de protection sociale et relève obligatoirement du régime local du pays où il exerce son activité salariale.

Le pays d'accueil peut être lié à la France par un instrument international de sécurité sociale (règlements communautaires, conventions bilatérales signées avec les pays mentionnés précédemment). En principe, le salarié relève du régime de sécurité sociale du pays dans lequel il s'installe et bénéficie des dispositions prévues par l'instrument international de sécurité sociale que la France a conclu avec lui. Le salarié bénéficie alors d'une égalité de traitement avec les nationaux du pays où il travaille.

Toutefois, afin de bénéficier d’une protection sociale similaire à celle dont vous bénéficiez en France, et ce, dans les mêmes tarifs applicables, il vous est vivement recommandé d’adhérer à la Caisse des Français à l’Etranger (CFE) surtout si vous vous expatriez dans un pays où les soins sont particulièrement onéreux.

Cependant, au vu de la diversité des situations et de la complexité des critères d’appartenance à l’un ou à l’autre des statuts, le recours à un avocat compétent en droit de la mobilité internationale est conseillé. Celui-ci pourra vous guider, pas à pas, dans la négociation de votre régime de cotisation sociale, de votre nouveau statut, mais se révèlera également d’une aide précieuse si une fois sur place, votre protection sociale se révèle insuffisante.

Par ailleurs, votre employeur peut vous proposer des packages plus ou moins avantageux, n’hésitez pas à nous consulter pour avoir un avis éclairé.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel - 62 & 69 rue Ampère 75017 Paris

Vient de paraître

La conférence d’Avocats Picovschi, organisée en partenariat avec l’EACC, a été relayée par « Décideurs Magazine » et « Experts de l’Entreprise ». Retrouvez le communiqué de presse en suivant ce lien.

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.