Liquidation et partage des biens suite au divorce : un avocat à vos côtés !

| Mis à jour le 27/05/2021 | Publié le

illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous avez construit un patrimoine conséquent au cours de votre vie maritale, mais voilà qu’aujourd’hui la mésentente règne au sein de votre couple et la seule solution à vos problèmes reste la séparation... Seulement, vous savez également qu’un divorce va engendrer de nouveaux conflits et vous n’avez pas la force de vous battre : confiez vos intérêts à Avocats Picovschi ! Nos avocats mettront leur bienveillance et leur détermination à votre service tout au long de votre procédure de divorce.

Anticiper le contentieux de la liquidation et du partage des biens grâce à un avocat !

La séparation va entraîner, consécutivement au divorce, une séparation des biens des époux. Un avocat compétent en droit de la famille, mais aussi en droit patrimonial vous accompagnera dans la gestion de vos biens après le prononcé du divorce.

En premier lieu, sachez que selon les articles L213-3 du Code de l’organisation judiciaire et 1136-1 du Code de procédure civile, le juge aux affaires familiales (JAF) est compétent pour traiter :

  • « De l'homologation judiciaire du changement de régime matrimonial, des demandes relatives au fonctionnement des régimes matrimoniaux et des indivisions entre personnes liées par un pacte civil de solidarité ou entre concubins, de la séparation de biens judiciaire, sous réserve des compétences du président du tribunal judiciaire et du juge des tutelles des majeurs ;
  • Du divorce, de la séparation de corps et de leurs conséquences, de la liquidation et du partage des intérêts patrimoniaux des époux, des personnes liées par un pacte civil de solidarité et des concubins, sauf en cas de décès ou de déclaration d'absence ; »

La procédure de liquidation du régime matrimonial et de partage des biens se déroule donc devant le Tribunal Judiciaire avec représentation obligatoire par avocat.

À noter que la liquidation à laquelle il est procédé par le JAF en cas de divorce englobe tous les rapports pécuniaires nés entre les parties, même ceux avant le mariage (Cass. 1e civ, 30 janvier 2019, n° 18-14.150).

Il est tout d’abord important pour l’avocat de connaître le régime matrimonial sous lequel les époux se sont mariés afin d’appréhender la question de la liquidation et du partage des biens. En effet, le régime matrimonial détermine la nature de certains biens et facilite en partie le partage des biens par l’avocat.

Sachez que dans un régime communautaire (régime légal de communauté réduite aux acquêts et régime de communauté universelle), la plupart des biens acquis pendant la durée du mariage tombent, en principe, dans la communauté : ils sont donc communs aux deux époux. À l’inverse, dans un régime séparatiste (régime de séparation des biens), de manière générale, chaque bien acquis par l’un des époux lui reste propre.

Cette répartition facilite en théorie le travail de l’avocat au moment de la liquidation du régime matrimonial, à la suite du prononcé du divorce. Toutefois, la réalité est souvent toute autre dès lors que la rupture fait ressortir d’anciennes rancœurs, des déchirures, des fautes impardonnables, un passé voire aussi un passif caché, des dettes importantes, etc. Toutes ces problématiques cristallisent d’autant plus les relations des époux que ces derniers auront construit un important patrimoine immobilier et financier pendant le mariage.

Les époux peuvent fixer le partage des biens par un accord commun dans une convention ou verbalement. Dans ce cas, le JAF n’aura plus qu’à valider la décision des époux sur le partage des biens.

Si les époux ne peuvent se mettre d’accord, le JAF désignera un notaire chargé de ce partage pour évaluer les biens de la communauté au jour du partage. Précisons que lorsqu'il existe un bien immobilier, l'un des époux peut demander que ce bien lui soit attribué de manière préférentielle. Si le partage est inégal, l'époux bénéficiaire de l'attribution préférentielle devra payer à l'autre une soulte. Il peut être décidé que la totalité de la soulte due sera payable comptant ou par un paiement échelonné.

Quelles conséquences fiscales du partage des biens pour les époux divorcés ?

Le divorce des époux aura inévitablement des conséquences fiscales au moment du partage des biens.

Le divorce n’impose pas seulement de régler les conséquences patrimoniales et personnelles de la séparation des époux, il nécessite également de trouver un accord sur les frais inhérents au partage des biens. La liquidation du régime matrimonial suppose donc des connaissances techniques et précises en droit fiscal que les avocats de notre Cabinet ont l’habitude d’exploiter pour les mettre à votre service.

Les frais relatifs au partage, aussi appelés droits de partage ou droits d’enregistrement, sont nécessairement dus dès lors qu’un acte écrit de partage est établi, selon le Code général des impôts. Ces droits s’élevaient à 2,5 % de l’actif net à partager c’est-à-dire la valeur totale du bien déduite des dettes. Le taux est ramené à 1,80 % à compter du 1er janvier 2021, et à 1,10 %, à compter du 1er janvier 2022. En dehors de ces hypothèses, et notamment en matière successorale, le droit de partage reste fixé à 2,5 %.

L’exigibilité de ces droits est subordonnée à la réunion de plusieurs conditions :

  • L’existence d’un acte de partage ;
  • L’existence d’une indivision entre les copartageants ;
  • Une justification de l’indivision ;
  • L’existence d’un partage.

Vous avez pu lire que, dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel, il serait plus judicieux de faire vendre le ou les biens immobiliers détenus avant d’engager la procédure de divorce (on parle couramment de « partage verbal ») afin de ne pas générer d’acte de partage, et ainsi éviter de supporter les coûts fiscaux attachés audit partage. En effet, une réponse ministérielle en date du 22 janvier 2013 est venue préciser que « le partage verbal entre époux du produit de la vente d’un immeuble commun qui intervient avant un divorce par consentement mutuel n’est pas soumis au droit de partage ».

Il convient toutefois d’être vigilant. En effet, cette réponse ministérielle n’ayant pas été reprise dans le « Bulletin officiel des finances publiques-Impôts », elle n’est a priori pas opposable à l’administration. Cela signifie qu’en effectuant un tel partage verbal, vous risquez potentiellement de vous rendre coupable d’un abus de droit selon l’Administration fiscale. À ce titre, vous vous exposez à des majorations de 80 % pouvant entraîner des conséquences financières dramatiques.

Pour éviter tout déboire avec l’Administration fiscale, vous pouvez faire appel à nos avocats compétents en droit fiscal pour vous orienter vers la solution la plus judicieuse en fonction de vos intérêts et traiter de cette question délicate.

S’agissant de la déclaration fiscale, en principe les époux effectuent une déclaration commune jusqu’à l’année du prononcé du divorce. Les époux en instance de divorce et autorisés à vivre séparément font l’objet d’impositions distinctes.

Dans le même sens, lorsque les époux se séparent, ils ne peuvent plus faire l’objet d’une solidarité fiscale : celle-ci cesse dès lors qu’il y a une déclaration séparée.

Enfin, en matière d’impôt sur le revenu, afin d’adapter le plus rapidement possible votre prélèvement à la source à votre nouvelle situation, il vous faut signaler cet évènement dans les 60 jours de leur survenance à l'Administration fiscale.

L’importance du rôle de l’avocat tout au long de la procédure

Vous sortez d’une procédure de divorce longue et difficile et vous souhaitez vendre rapidement vos biens immobiliers ? Votre avocat en droit de la famille et en droit immobilier connaît parfaitement les enjeux de votre dossier, il vous accompagne jusqu’au bout de vos litiges familiaux et intervient dans votre intérêt au titre d’un mandat en transaction immobilière.

L’objectif est simple : afin de vous éviter l’intervention d’intermédiaires supplémentaires, votre avocat mandataire immobilier effectue l’analyse juridique et fiscale de vos biens et se charge de vous trouver de potentiels acquéreurs. Il sera votre interlocuteur privilégié lors de la négociation à la rédaction des avant-contrats. C’est pour vous le meilleur moyen de récupérer vos parts sur les biens immobiliers après votre séparation.

L’avocat mandataire immobilier s’occupe également de vos transactions immobilières. Il vous accompagne juridiquement dans la vente de vos biens immobiliers dans les meilleures conditions possible.

Avocats Picovschi, compétent en matière de divorce et droit fiscal vous conseille et vous accompagne dans toutes démarches et vous défend en cas de divorce contentieux.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions