Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit international

Evasion fiscale internationale : Les dangers pour l'Entreprise

Par Avocats Picovschi | Mis à jour le 01/08/2014 | Publié le 06/09/2010


Nombreuses sont les entreprises, filiales ou succursales qui se créent en France et qui dépendent d’autres sociétés établies à l’étranger, dans des paradis fiscaux pour certaines. Mais attention car, que cela soit voulu ou non, certaines transactions financières peuvent s’apparenter à de l’évasion fiscale.

La facturation de biens ou de prestations de service qui le serait dans un montant dérisoire ou excessif pourrait amener notre chère administration fiscale à sévir et taper très fort.

Les transferts indirects de bénéfices à l’étranger

L’article 57 du CGI sanctionne ainsi les opérations constitutives d’un transfert indirect de bénéfices au profit des entreprises établies à l’étranger et ne relevant pas de la gestion normale de l’entreprise.

Il tend à empêcher certaines pratiques de  « prix de transfert » permettant de transférer à l’étranger des bénéfices normalement imposables en France. 

Les entreprises visées sont celles qui relèvent de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu (catégorie bénéfices industriels et commerciaux (BIC)), qui sont sous la dépendance ou contrôlent l’entreprise située hors du territoire. Il peut également s’agit d’un groupe qui lui-même contrôle l’entreprise située à l’étranger.

L’administration française a la charge de prouver le lien de dépendance de droit ou de fait. Néanmoins, l’établissement de ce lien de dépendance n’est pas nécessaire lorsque l’entreprise en question est située dans un paradis fiscal.

Ce qui est réprimandable est le transfert indirect de bénéfices qui s’opère soit par voie de majoration ou de diminution des prix d’achat ou de vente, soit par tout autre moyen comme le versement de redevances excessives ou sans contrepartie, l’octroi de prêts sans intérêts ou à un taux réduit, l’abandon de créances, etc.

L’administration française devra prouver que des avantages ont été indirectement transférés. Elle pourra donc rapporter les bénéfices conférés aux résultats de l’entreprise située en France.

L’accord préalable sur les prix de transfert

Un accord préalable de détermination de prix de transfert peut être conclu par les entreprises françaises ou étrangères qui effectuent des transactions transfrontalières. Ceci a pour effet d’empêcher tout rehaussement d’imposition sur les prix pratiqués en conformité avec l’accord conclu entre l’administration et l’entreprise. A noter que le non-respect de l’accord préalable par l’entreprise peut conduire à son annulation.

De plus, l’administration qui a des doutes sur la validité de transferts peut demander à l’entreprise en question de fournir tout document ou information utile à l’interprétation des relations entretenues avec des sociétés étrangères et sur la méthode de détermination des prix des transactions. En l’absence de réponse satisfaisante, l’administration a la possibilité d’évaluer le montant du transfert des bénéfices en fonction des éléments dont elle dispose.

De plus, une obligation documentaire générale s’impose pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2010. Ce dispositif, destiné à améliorer la transparence des transactions des groupes internationaux, s’applique aux entreprises établies en France dont le chiffre d’affaires annuel hors taxes ou l’actif brut est supérieur ou égal à 400.000.000 €.

Les sanctions

A défaut de production de la documentation permettant d’évaluer la nature des transferts de bénéfices, ou lorsque celle transmise n’est que partielle, l’entreprise s’expose à une amende de 10 000€. Le montant de cette amende peut être porté à 5% des bénéfices transférés si ce montant est supérieur à 10.000 €.

Finalement, une surfacturation ou une sous-facturation pourrait vous conduire à de telles sanctions. Essayez donc de rester raisonnable avant que le fisc ne vous y oblige !

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.