L'avocat et le revirement de jurisprudence

| Mis à jour le 14/10/2021 | Publié le

Avocat et le revirement de jurisprudence

SOMMAIRE

Le droit n’est pas une matière figée, bien au contraire, que ce soit sous l’impulsion du législateur, des juges, ou même du gouvernement, la législation change sans cesse, et évolue afin de satisfaire au mieux les requêtes des citoyens. Si le législateur fait les lois, le rôle du juge dans l’interprétation de celles-ci n’est pas négligeable. Cette interprétation peut néanmoins changer. Qu’en est-il alors ? Quelle est la position du juge ? Autant de questions qui peuvent parfois être au cœur même de la résolution d’un conflit.

Qu’est-ce qu’un revirement de jurisprudence ?

Dans un premier temps il convient d’expliquer ce qu’est un revirement de jurisprudence.

Ce que l’on appelle le droit positif est l’ensemble des règles en vigueur applicables à un moment donné. Le législateur ne précise pas toujours dans les moindres détails la portée et l’application de son texte. Aussi, plusieurs personnes peuvent comprendre une règle juridique d’une façon différente. C’est aussi les juges qui viennent préciser les contours des lois en les interprétant : leurs décisions constituent la jurisprudence en droit français. La jurisprudence constitue donc l’ensemble des décisions de justice rendues par les juridictions : Cour de cassation, Conseil d'État, juridictions communautaires et européennes, les tribunaux de première instance et cours d'appel, qui permettent de déterminer la tendance de jugement des juridictions sur un point donné et s’imposent donc comme une source de droit indirecte. Or, les tribunaux ne sont pas nécessairement composés des mêmes juges, et les positions changent : alors que les juges interprétaient la règle de la façon A, il se peut qu’ils décident à postériori de l’interpréter de la façon B.

La solution d’un litige peut aussi être différente, et alors que l’argumentation d’un avocat devant les juges était bâtie sur une position acquise de jurisprudence, cet argument devient dénué de sens à cause de la nouvelle interprétation de la loi. Ce changement d’interprétation est ce que l’on appelle juridiquement un revirement de jurisprudence. 

Les avocats sont de fait à la pointe de la jurisprudence et s’appuient sur des précédents afin de construire une argumentation pour le compte de leurs clients. C’est notamment la raison pour laquelle, quel que soit le domaine de droit concerné (droit des affaires, droit social, droit immobilier, droit des successions, etc.), il est important de prendre l’assistance d’un avocat expérimenté en la matière qui saura trouver les jurisprudences pertinentes qui correspondent à la problématique de ses clients.

Revirement de jurisprudence et responsabilité de l’avocat

La 1ère Chambre civile de la Cour de cassation s’est prononcée dans un arrêt rendu le 15 décembre 2011 sur la responsabilité de l’avocat devant un revirement de jurisprudence.

Dans l’affaire d’espèce, l’avocat défendait une société étrangère qui revendiquait des marchandises. L’avocat s’est appuyé sur un article du Code de procédure civile qui permettait d’allonger le délai d’opposition d’un jugement devant une Cour d’appel à deux mois supplémentaires. La jurisprudence en vigueur allait dans ce sens.

Cependant, les juges de cette affaire ont opéré un revirement en décidant que cet article de procédure était uniquement applicable pour les actions en revendication de marchandises devant un juge-commissaire. La société étrangère a ainsi essayé de se retourner contre l’avocat qui avait, selon elle, engagé sa responsabilité en n’ayant pas anticipé ce revirement de jurisprudence.

Les juges de cassation ont répondu à la société que la responsabilité de l’avocat ne peut être engagée que s’il commet un manquement vis-à-vis du droit positif qui existe. Il est impossible de considérer que l’avocat ait commis une faute s’il n’a pas prévu une évolution postérieure de la législation à la suite d’un revirement de jurisprudence, ou qu’il n’a pas anticipé un revirement de jurisprudence. L’avocat est tout de même tenu d’une obligation de vigilance face aux évolutions qui ont déjà été commencées.

Avocats Picovschi suit de près l’évolution de la jurisprudence afin de construire la meilleure stratégie pour le compte de ses clients.


Sources : 1ère Chambre civile de la Cour de cassation, 15 décembre 2011, n°10-24.550

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions