Jean Martin - Consultant Droit fiscal

Jean Martin
Ancien Inspecteur des Impôts

Nous bénéficions de l'expertise de notre of counsel, Jean Martin, ancien Inspecteur des Impôts.

Fraude fiscale et perquisition fiscale : comment veiller au respect de vos droits ?

Par Avocats Picovschi | Publié le 28/11/2018

Vous voulez plus d’informations ?
Contactez nous.

01.56.79.11.00
illustration de l'article

SOMMAIRE

L’Administration fiscale vous soupçonne d’être l’auteur d’agissements frauduleux ? Alertés par l’activité de vos sociétés, les services fiscaux sont à la recherche de preuves et vous risquez de subir une perquisition au siège de votre société. Vous craignez que vos droits soient bafoués et ne savez pas comment faire face. Avocats Picovschi, compétent en droit pénal fiscal à Paris, vous défend en cas de perquisitions fiscales.

L’Administration fiscale soupçonne une fraude fiscale : quels sont les indices ?

Vous venez de faire l’objet d’un contrôle fiscal et les services de Bercy ont de bonnes raisons de penser que vous avez tenté de soustraire votre société à l’impôt. Vous risquez aujourd’hui de faire l’objet d’une perquisition et d’être poursuivi pour fraude fiscale. Sachez qu’au terme de l’article L16 B du Livre des procédures fiscales, plusieurs pratiques sont susceptibles d’alerter l’Administration fiscale. Ces présomptions sont notamment fondées sur le fait qu’un « contribuable se soustrait à l'établissement ou au paiement des impôts sur le revenu ou sur les bénéfices ou des taxes sur le chiffre d'affaires » au moyen de plusieurs procédés :

  • achats ou ventes sans facture ;
  • utilisation ou délivrance de factures ou de documents ne se rapportant pas à des opérations réelles ;
  • omission volontaire d’écritures dans des documents comptables obligatoires ;
  • passer ou faire passer sciemment des écritures inexactes ou fictives dans ces documents comptables.

En tant que dirigeant de société, vous êtes notamment tenu de payer l’impôt sur les sociétés et de reverser la TVA collectée. Attention à ne pas prendre ces obligations à la légère ! En cas de négligence de votre part, vous pourriez faire l’objet d’une présomption de fraude.

L’Administration fiscale vous soupçonne d’avoir commis des agissements frauduleux. Afin de chercher des preuves permettant de confirmer ces allégations, les services fiscaux peuvent demander à un juge d’ordonner une perquisition au sein des locaux de votre société. Cette demande devra être motivée et détaillée. Si l’assistance d’un avocat est fortement conseillée dès que vous apprenez les soupçons qui pèsent sur vous, elle sera plus que jamais nécessaire en cas de perquisition. N’attendez pas pour prendre les devants ! Le jour de la perquisition, les officiers de police judiciaire pourront commencer leurs investigations avant même que vous n’ayez eu le temps de prévenir votre conseil. Il est donc important de préparer le terrain en amont et seule l’expérience d’un avocat chevronné en droit pénal fiscal vous permettra de faire face à la situation.

Quelles sont les pièces susceptibles d’être saisies ?

L’Administration fiscale vient de réaliser une perquisition fiscale dans les locaux de votre société et vous vous interrogez sur la pertinence des pièces saisies. Sachez qu’en principe, seuls les documents ayant vocation à apporter la preuve des faits qui vous sont reprochés pourront être saisis, qu’ils soient sur support papier ou numérique. Ces documents devront vous être restitués dans le délai de six mois après la perquisition. A défaut, tous les éléments de preuve mis en lumière vous seront en principe inopposables.

Les enquêteurs viennent de quitter vos locaux et vous vous interrogez sur la pertinence des documents saisis pour les bienfaits de l’enquête. Sachez que le livre des procédures fiscales prévoit qu’en principe, seuls les documents susceptibles d’avoir un lien avec les agissements frauduleux peuvent être saisis. L’Administration fiscale ne semble donc pas être en mesure de saisir des documents ne présentant aucun lien avec la fraude présumée. Il convient également de préciser que certaines informations peuvent être protégées par le secret professionnel et ne pourront en principe pas être saisies.

Attention ! La Cour de cassation semble faire une interprétation large de ce principe. Dans un arrêt du 8 mars 2016, elle a rejeté le pourvoi d’un contribuable ayant fondé son recours sur l’existence de saisies massives et indifférenciées (Cass. Com. 8 mars 2016 n°14-26929). Concernant la saisie de l’intégralité de la messagerie électronique d’une société, le Conseil des Sages a ainsi considéré que « lorsqu’un support de documents est indivisible, l’administration est en droit d’appréhender tous les documents qui y sont contenus si certains d’entre eux se rapportent, au moins en partie, aux agissements visés par l’autorisation de visite ».

Il est donc important d’être très attentif au moment de la perquisition. Si vous souhaitez vous opposer à la saisie de certains documents ou que vous estimez que la saisie est irrégulière, vous devrez faire part de vos observations concernant les documents saisis dans le procès-verbal dressé à l’issue de la perquisition. Vous serez par la suite tenu de justifier le caractère insaisissable de ces informations. L’avocat compétent en droit pénal fiscal vous aidera à constituer un dossier solide à l’appui duquel vous pourrez contester la perquisition. Attention toutefois à ne pas dépasser le délai de 15 jours ! Cette contestation est d’une importance considérable dans la mesure où le juge pourra ordonner sa nullité.

Avocats Picovschi, compétent en droit pénal fiscal à Paris, s’assure du respect de la procédure et vous aide à contester la perquisition afin que l’intégralité des documents saisis vous soient déclarés inopposables.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute

Vous voulez plus d’informations ? Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Avocats Picovschi - 90 avenue Niel 75017 Paris

Continuez votre recherche avec

Nos succès
Prix et distinctions
Nos autres domaines
d’interventions