Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

La médiation

Par Agnès CAMUSET, Juriste | Mis à jour le 23/07/2014 | Publié le 29/01/2009


Face aux nombreuses critiques faites à l'encontre des tribunaux français tels que leur encombrement, leur lenteur, parfois la distance entre eux et les justiciables, des modes de règlements alternatifs au procès ont été élaborés afin de contourner certaines de ces difficultés.

L'intérêt de ces modes alternatifs résident dans la prise en compte de la volonté des parties en conflit, dans la possibilité de résoudre ce conflit à l'amiable.

On compte parmi eux : la médiation, la conciliation, la négociation, la transaction, l'expertise et l'arbitrage. Toutes ces procédures ont en commun leur caractère non juridictionnel ; et même si dans certains cas le juge intervient, au final aucune décision judiciaire ne sera prononcée par le juge.

Il existe donc une grande variété d'outils à la disposition des parties pour éviter les lenteurs judiciaires.  Nous allons étudier dans ce premier volet, consacré aux modes alternatifs de règlements, la médiation.

Qu'est-ce que la médiation ?

La médiation est régie par le Code de procédure civile.

La médiation n'est pas un mode de règlement des conflits juridictionnel, et pourtant elle intervient après saisine du juge. C'est lui qui proposera aux parties de résoudre à l'amiable leur différend par l'intervention d'un tiers : le médiateur. Cela dit, la médiation ne dessaisit pas le juge puisque celui-ci interviendra a posteriori.

Certes la proposition émane du juge, mais seules les parties décident ou non d'entreprendre une médiation. C'est une démarche volontaire des parties. D'ailleurs le choix de la personne du médiateur se fait par les parties elles-mêmes. Ce qui paraît logique puisque les parties devront avoir confiance en ce tiers intervenant dans leur différend.

Néanmoins si le choix est libre, les parties devront faire attention à désigner un médiateur agréé par la Commission fédérale, ou à défaut, agréé par le juge, en raison notamment des incidences sur la solution de la médiation. 

Le médiateur a donc pour rôle principal d'amener les parties vers un dialogue, de sorte qu'elles parviennent à s'entendre quant à la résolution de leur conflit.

De fait, le médiateur doit satisfaire à certaines qualités : indépendance, neutralité, confidentialité, impartialité et d'analyse. II existe également des conditions légales parmi lesquelles notamment : ne pas tomber sous le coup d'une condamnation, d'une incapacité ou d'une déchéance, justifier d'une formation ou d'une expérience adéquate par rapport à la nature du litige etc…

Quel litige se prête à la médiation ?

Principalement la médiation est proposée dans le cadre de litiges de nature civile. En général la médiation est préconisée pour des conflits opposant des parties entretenant des relations continues : comme dans le cadre d'un divorce, où il convient de régler les charges respectives de chaque époux notamment s'ils sont parents. Cela pourra être préconisé dans des relations entre employeurs et salariés, entre franchiseur et franchisé etc…

Petite remarque à ce propos, la médiation peut également être proposée au pénal, mais elle se distingue de la médiation civile. D'une part, la médiation ne sera pas proposée par le juge mais par le procureur, et d'autre part elle interviendra avant la saisine du juge. Le procureur proposera à la victime d'un dommage et à l'auteur présumé de ce dommage de recourir à la médiation pour s'accorder sur les modalités de réparation par exemple.

Les effets de la médiation

Lorsque la médiation prend fin, le médiateur informe le juge du résultat à savoir si les parties sont parvenues à un accord ou non. En cas d'accord le juge l'homologue, si et seulement si le médiateur était agréé ! L'homologation n'est pas une décision judiciaire, elle s'inscrit dans la matière gracieuse, c'est un accord à l'amiable entre les parties. Si l'homologation échoue cela ne signifie pas qu'aucune solution n'existe pour régler le litige.

En effet, la médiation ne dessaisissant pas le juge, une action devant le juge au vu d'un procès peut toujours être intentée.

Enfin quelques mots sur le coût de la médiation : le médiateur est un professionnel et doit donc être rémunéré pour sa mission. Or la médiation étant un recours volontaire des parties, celles-ci assument donc cette rémunération.

La loi précise que les frais de la médiation et les honoraires du médiateur doivent être convenus préalablement entre les parties et le médiateur. Elle indique également que les parties partagent à parts égales la rémunération, à moins qu'elles en conviennent autrement.

La médiation a un prix certes, mais ce prix est gage de rapidité, de confidentialité et de prise en compte des intérêts des parties.

Lorsque vous êtes bien conseillé par votre avocat, que celui-ci est compétent en matière de procédure civile et dans le domaine de votre litige, tous ces avantages seront d'autant plus marquants.  

En effet, l'intervention d'un avocat expérimenté est nécessaire pour accompagner par ses conseils son client afin qu'il optimise au mieux sa médiation.  

Nous verrons dans un prochain volet les autres modes alternatifs de règlements : la conciliation, la négociation, la transaction, l'expertise et l'arbitrage.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.