Comment réagir face à une diffamation de votre entreprise sur Internet?



 Vous êtes chef d'entreprise et vous vous trouvez face à un problème délicat : un ancien salarié licencié ou un concurrent tient des propos diffamatoires sur vous-même ou votre entreprise par le biais d'Internet. Comment réagir ? S'agit-il d'une forme de liberté d'expression ou peut-on obtenir une condamnation par un Tribunal ?

L'explosion des nouvelles technologies et notamment d'Internet a contribué au développement des moyens de communication et de surcroît à l'augmentation des moyens de diffamation. Internet permet un accès rapide à un public aussi large que possible. Cependant, si la loi consacre la liberté d'expression, celle-ci ne doit pas constituer un abus. Or il y aura abus dans la mesure où une personne crée un préjudice à autrui dans le seul dessein de lui nuire.

Si vous estimez être victime de diffamation sur Internet, vous pouvez réagir de différentes manières.

Tout d'abord, la loi du 29 octobre 2004 pour la confiance dans l'économie numérique a institué un droit de réponse en ligne.

 Il est également possible d'exercer une action en référé fondée sur la diffamation afin que les propos soient retirés du site Internet. La loi définie la diffamation comme « toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé ». Lorsque les éléments matériels de l'infraction sont réunis, l'intention coupable de l'auteur est présumée. Celui-ci peut alors se dégager de sa responsabilité ou en démontrant sa bonne foi ou en faisant la preuve de la véracité des faits. La démonstration de la bonne foi suppose la réunion de quatre critères : la modération, l'absence d'animosité personnelle, le but légitime, et le respect du devoir d'enquête. Quant à l'exception de vérité, elle est très rarement admise en raison du formalisme procédural rigoureux qu'elle implique.

Il faut également noter que la diffamation est une infraction enfermée dans un délai de prescription court : 3 mois à compter de la première publication.

Si les conditions de la diffamation ne sont pas réunies, il est envisageable d'invoquer le dénigrement en justice. Le dénigrement est une faute au sens de l'article 1382 du Code Civil, consistant à jeter publiquement le discrédit sur une personne. De plus, si la cible du dénigrement est une entreprise, la faute pourra être qualifiée de concurrence déloyale.

Face à un tel problème il est donc conseillé d'agir vite puisque l'action en diffamation se prescrit rapidement. De même vous pouvez faire faire un constat d'huissier afin de capturer les données en ligne. Et si vous voulez agir contre vos diffamateurs, contactez un avocat pour vous faire représenter en justice.

Votre avis nous intéresse

Vous avez aimé cet article, partagez-le sur vos réseaux sociaux !

Avertissement

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


L’intégralité des éléments et des contenus présents sur ce site (images fixes, animées, bases de données, marques, illustrations, logos, graphismes, photographies, dessins, modèles, mise en page...) constitue une ou plusieurs œuvres numériques. 


Ces éléments et contenus sont notamment protégés par l’utilisation du site http://www.copyscape.com/ et par les lois en vigueur sur la propriété intellectuelle.


Toute reproduction, représentation, transmission, adaptation, extraction, réédition ou redistribution, intégrale ou partielle, de tout élément ou contenu protégé du site, par quelque procédé que se soit, sans autorisation expresse, préalable et écrite de son propriétaire est interdite, sous peine de poursuite judiciaire.


Tous les articles originaux publiés sur ce site sont datés et authentifiés à l’aide de différents sites d’archivage et d’euro datage utilisés pour établir la preuve de l’antériorité de la mise en ligne d’un contenu.


Aux termes de l’article L.335-2 alinéa 2 du Code de la propriété intellectuelle, la contrefaçon d'œuvres numériques publiées en France ou à l'étranger est une infraction pénale punie au minimum de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende.