La transmission universelle de patrimoine (TUP)

| Mis à jour le 20/10/2021 | Publié le

Transmission universelle de patrimoine (TUP)

SOMMAIRE

La transmission universelle de patrimoine (TUP) est une dissolution sans liquidation d’une société dont toutes les actions sont réunies entre les mains d’une seule autre société. Cette opération juridique tout à fait légale évite les démarches contraignantes propres notamment aux fusions proprement dites. Décryptage du dispositif avec les explications sur les formalités à effectuer et les conséquences pratiques qui en résultent.

Décryptage du dispositif

La transmission universelle du patrimoine est une technique juridique qui implique une forme de fusion entre deux sociétés à condition que la société absorbante détienne 100 % des titres d’une autre société.

En cas de difficultés financières, cette procédure autorise la fermeture d’une entreprise dans une optique de restructuration au lieu de passer par la phase de la liquidation judiciaire. La personnalité morale de la société disparaît, mais son patrimoine subsiste. D’où le terme « tuper » une société ou dissoudre celle-ci en transférant la totalité de son patrimoine à la société mère qui détient alors l’intégralité des parts sociales ou actions.

La TUP permet donc de faciliter l’opération d’absorption d’une société par une autre. Elle peut intervenir entre une société mère et sa filiale, mais également entre des sociétés n’appartenant pas à un même groupe. Cette procédure qui a été créée par le législateur en vue essentiellement d’alléger les mécanismes juridiques de la dissolution proprement dite s’adresse spécifiquement aux sociétés commerciales unipersonnelles dans lesquelles l’associée unique est une personne morale.

Le premier avantage de la TUP réside dans sa simplicité de mise en œuvre dans la mesure où il n’est pas nécessaire de procéder à la liquidation de la société dissoute pour effectuer un transfert du patrimoine vers la société mère. De plus, elle ne nécessite ni la nomination d’un commissaire aux apports ou d’un liquidateur, ni la rédaction d’un rapport de fusion, contrairement aux autres procédures de dissolution d’une société.

Par ailleurs, ce dispositif ne contrarie pas la continuité des activités économiques de la société dissoute, lesquelles se poursuivent à travers la société absorbante même après son absorption par la société mère.

Les formalités pratiques à respecter

À l’issue d’une assemblée générale extraordinaire (AGE), un procès-verbal est rédigé pour acter la décision de dissolution de la société L’associée unique doit ensuite enregistrer la décision de dissolution auprès du Service des impôts des entreprises (SIE) dans le délai d’un mois. Le procès-verbal attestant de la décision de dissolution doit bien entendu être déposé au greffe du Tribunal de commerce territorialement compétent.

Corrélativement, la TUP doit faire l’objet d’une publication au Journal officiel d’annonces légales (JAL) afin de la rendre opposable aux créanciers.

Ceux-ci disposent d’un délai de 30 jours à compter de la publication pour faire opposition à la décision. Cependant, cette opposition des créanciers ne remet pas en question la TUP et permet simplement au juge saisi le cas échéant d’ordonner certaines mesures comme le remboursement des créances ou la constitution de garanties. Dans ce cas, la transmission du patrimoine n’est effective qu’à l’issue du délai d’opposition ou à partir de l’accomplissement des mesures ordonnées par le juge.

La société est tenue de procéder à l’enregistrement de la décision de dissolution auprès du Registre du commerce et des sociétés (RCS). Cette inscription modificative est effectuée auprès du Centre des formalités des entreprises (CFE), accompagné de la déclaration de dissolution et de l’avis de publication. Le greffe du Tribunal de commerce est ensuite chargé d’intégrer la décision de dissolution au Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC).

À l’issue de l’ensemble de ces formalités, la société dissoute se voit délivrer un certificat de déclaration de radiation qui matérialise la disparition de la personne morale de la société commerciale absorbée.

Les divers effets de la TUP

La société dissoute qui n’a alors plus d’existence légale disparaît sans liquidation préalable et la société mère se voit transmettre l’intégralité du patrimoine de la société fille. Mais la transmission universelle de patrimoine produit des effets autant à l’égard de la société absorbée qu’à celui de la société absorbante.

Ainsi, la société absorbée peut bénéficier du régime favorable des fusions si elle en exprime la demande dans la décision de dissolution. Ce régime lui permet notamment d’être exonérée de l’imposition des plus-values sur les actifs transmis. Il est précisé que dans la mesure où la TUP est un mécanisme légal permettant de dissoudre une société sans procéder à sa liquidation, la société dissoute est exonérée du boni de liquidation.

La société absorbante bénéficie des mêmes avantages fiscaux et se voit ainsi exonérée de l’imposition des plus-values sur les actifs qu’elle acquiert dans son patrimoine, ainsi que du boni de fusion correspondant à l’augmentation de la valeur des actions résultant de l’absorption de la société dissoute.

Attention ! Ce régime fiscal favorable entraîne tout de même les mêmes effets qu’une cessation d’entreprise. En clair, la société absorbante est imposable sur les bénéfices d’exploitation éventuellement réalisés grâce à la société préalablement absorbée.

En ce qui concerne les créances et les dettes, dès lors que la TUP est effective, la société absorbante reçoit dans son patrimoine l’ensemble des droits, créances, titres sociaux, baux commerciaux de la société absorbée. En contrepartie, elle récupère naturellement le passif de celle-ci au sens très large du terme, soit non seulement ses dettes, mais aussi ses diverses obligations.

Dans l’optique d’une restructuration de votre entreprise ou de la mise en place de tout autre projet comme celui du dispositif globalement avantageux proposé par la transmission universelle de patrimoine (TUP), Avocats Picovschi compétent en Droit fiscal des sociétés depuis 1988 se tient à votre disposition pour vous accompagner avec succès au plus près de vos intérêts.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Jean Martin - Consultant Droit fiscal

Jean Martin
Ancien Inspecteur des Impôts

Nous bénéficions de l'expertise de notre of counsel, Jean Martin, ancien Inspecteur des Impôts.

Articles sur le même thème

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions