Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Le banquier, entre obligation de surveillance des comptes bancaires et principe de non ingérence

Par Marion Jaecki, élève-avocate | Mis à jour le 13/10/2014 | Publié le 29/04/2011


Après la crise économique majeure de la dernière décennie, un mouvement tendant à la responsabilisation des banques a fait son apparition. Si les banques se sont vues imposer certaines obligations tendant à ne pas abuser de leurs clients, notamment avec l'apparition de règles strictes en matière de crédits à la consommation, sont-elles tenues de vérifier les flux financiers anormaux sur les comptes bancaires des clients ?

Il peut être intéressant pour les clients victimes d'agissements frauduleux sur leurs comptes bancaires de faire endosser la responsabilité de ces mouvements financiers anormaux à leur banque.

En l'occurrence, le législateur et le juge font peser une obligation de vigilance sur le banquier, certaines issues des dispositions du Code monétaire et financier, d'autres élaborées au fil de la jurisprudence.

Une obligation de vigilance issue du Code monétaire et financier

Les banques sont tenues de déclarer les sommes inscrites dans leurs livres ou les opérations portant sur des sommes dont elles savent, soupçonnent ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu'elles proviennent d'une infraction passible d'une peine privative de liberté supérieure à un an ou participent au financement du terrorisme.

De plus, la loi prévoit également qu’avant d'entrer en relation d'affaires avec un client, le banquier doit recueillir les informations relatives à l'objet et à la nature de cette relation et tout autre élément d'information pertinent sur ce client. Il doit exercer sur la relation d’affaires, dans la limite de leurs droits et obligations, une vigilance constante et pratiquer un examen attentif des opérations effectuées en veillant à ce qu'elles soient cohérentes avec la connaissance actualisée qu’il a de son client.

Cependant, si une telle obligation figure dans le Code monétaire et financier, la jurisprudence est venue préciser que « la victime d'agissements frauduleux ne peut pas se prévaloir de l'inobservation d'obligations résultant de ces textes pour réclamer des dommages et intérêts à l'établissement financier ».

Pour pallier aux inconvénients de cette situation, le juge a élaboré une obligation de vigilance à partir des dispositions du Code civil, ce qui permet au titulaire des comptes bancaires d'obtenir des dommages et intérêts de la part d'un organisme financier en cas de manquement de la part du banquier.

Une obligation de vigilance érigée par le juge

L'obligation de surveillance des comptes bancaires par le banquier

Une construction jurisprudentielle impose au banquier une obligation de surveillance des comptes bancaires

Deux situations peuvent en effet se présenter :

  • le client de la banque peut accomplir des actes frauduleux portant préjudice aux tiers en se servant de son compte bancaire. On pense en premier lieu à du blanchiment d'argent ou de l'encaissement de sommes à origine douteuse.
  • des tiers peuvent également causer préjudice au client de l'établissement bancaire, en tentant de se faire payer par la banque, et au préjudice du client, des sommes indues par exemple.

Cette obligation de surveillance n'est limitée que par un principe de non-ingérence.

Une obligation de surveillance atténuée par un principe de non-ingérence

Les banques se défendent fréquemment en invoquant le principe de non-ingérence. Ce principe n'est étayé par aucune loi ni aucun texte en tant que tels, et est dès lors très imprécis.

La doctrine et certains juges du fond ont pu le définir comme étant une interdiction faite au banquier de s'immiscer dans les affaires de son client.

Si cet axe de défense est connu des banquiers, les juges considèrent de manière constante que le principe de non-ingérence s'arrête là où commencent les anomalies apparentes.

Un signalement obligatoire des anomalies apparentes 

Si l'on en croit les termes de la jurisprudence, le banquier est tenu de relever les « anomalies apparentes ». Encore une fois, la définition de l'anomalie apparente n'est pas posée par les textes.

L'analyse de la jurisprudence permet de dégager deux types d'anomalies apparentes :

Il convient cependant de noter que lorsque la victime elle-même commet une négligence, en omettant par exemple de contrôler ses propres comptes bancaires, la responsabilité du banquier peut être atténuée.

Discipline complexe, le contentieux bancaire s'avère également être un domaine très évolutif. L'assistance d'un avocat compétent en la matière en cas de litige s'avère souhaitable.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.