Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit pénal des Affaires

Le délit d'initié : que peut faire l’avocat en droit des affaires ?

| Mis à jour le 28/04/2015 | Publié le 07/12/2011


Il existe dans le monde des finances plusieurs infractions auxquelles les avocats sont de plus en plus confrontés. Parmi elles on compte l'abus de bien social, le conflit d'intérêts mais aussi, et surtout, le délit d'initié. En France, le délit d'initié s'est principalement fait connaître par le biais de la célèbre affaire EADS de 2007. Depuis, de nombreux cas de délits d'initiés défrayent la chronique économique dans tous les pays du monde. Mais qu'est-ce qu'un délit d'initié ? Pourquoi la présence d'un avocat compétent en droit des affaires est-elle très importante face à un tel délit ? Notre cabinet d'avocat, compétent en la matière, a jugé opportun de venir vous éclairer sur ce délit boursier.

Qu'est-ce que le délit d'initié ?

Le délit d'initié est un délit boursier sanctionné par le Code monétaire et financier qui peut parfois donner du fil à retordre aux avocats. Il peut donner lieu à des sanctions de la part de l'Autorité des marchés financiers (AMF) et de la justice pénale.

Le délit d'initié consiste à obtenir une information confidentielle et précise sur la situation ou les perspective d'une société cotée en bourse dans le but de faire des opérations à son profit, sur les titres ou actifs concernés, avant que l'information ne soit publique, ce qui entraîne par conséquent une baisse ou une hausse des cours de bourse.

Le délit d'initié englobe l'achat ou la vente d'actions avant la divulgation du bulletin d'une société, ou encore l'achat ou la vente d'actions en raison de la détention de renseignements qui ne sont pas divulgués aux actionnaires.

Une personne qui détient une information privilégiée sera également coupable de délit si elle diffuse cette information et quand bien même elle n'en tire aucun profit.

Le délit d'initié a été élargi au recel de délit initié par la Chambre criminelle de la Cour de cassation dans une affaire Pechiney. Lorsqu'un initié primaire ou un initié secondaire fait profiter d'une information à laquelle il a accès dans le cadre de son travail à un tiers, alors il pourra être poursuivi pour recel de délit d'initié. Certaines exigences doivent néanmoins être respectées : il faut qu'un délit d'initié préalable existe, et que la personne poursuivi pour recel ait été au courant de l'origine frauduleuse de l'information privilégiée.

Quelles sont les personnes considérées comme des initiés ?

Plusieurs catégories de personnes peuvent être considérées comme des initiés. La première catégorie de personnes considérées comme des initiés sont naturellement les dirigeants sociaux. Ils pèsent sur eux une présomption d'initié quasi-irréfragable : en effet, il est pratiquement impossible pour eux de rapporter la preuve qu'ils n'avaient pas connaissance de l'information privilégiée. Il est aussi très difficile de prouver l'innocence des initiés primaires, le recours à un avocat en droit des affaires aussi talentueux qu'expérimenté est primordial pour la défense du dirigeant.

Ensuite, peuvent être des initiés les personnes qui disposent d'informations privilégiés dans le cadre de l'exercice de leur profession ou de leurs fonctions. Sont ainsi considérés comme initiés les cadres, les employés, mais aussi les personnes ne faisant pas partie de l'entreprise mais entretenant des rapports avec elle. C'est le cas par exemple des banquiers, des journalistes, avocats…  Aucune présomption ne pèse sur ces personnes, il en résulte qu'ils ne pourront être poursuivis que si le juge rapporte la preuve que l'information privilégiée a été acquise à titre professionnel.

Sont également considérées comme coupable d'un délit d'initié les personnes qui n'ont aucun lien avec la société. Le seul fait de détenir des informations privilégiées, et ceci par exemple par le biais de manœuvres frauduleuses, suffit à donner le statut d'initié à une personne.

Quelles sont les sanctions encourues ?

C'est l'Autorité des marchés financiers dite AMF qui détecte ce type de délit. Elle transmet ensuite l'enquête qu'elle a menée au Parquet qui poursuivra alors lui-même ses propres investigations. L'AMF peut prononcer des interdictions professionnelles ainsi que des amendes. Le juge pénal peut prononcer une peine allant jusqu'à deux ans de prison. La seule communication d'une information privilégiée est passible de 150 000 euros d'amende et d'un an d'emprisonnement. En cas de double condamnation, à la fois pénale et à la fois administrative, les peines doivent se cumuler dans la limite du plafond le plus élevé des sanctions encourues pour le délit d'initié.

Quel est le rôle de l'avocat dans les affaires de délit d'initié ?

La difficulté pour l'AMF comme pour le juge est de prouver que les achats ou les ventes de titres ont été faits en connaissance d'informations privilégiées. Les initiés peuvent en effet faire valoir, de bonne foi comme de mauvaise foi, que ces achats ou ventes ont été fait selon leur propre intuition afin de contester l'accusation de délit d'initié qui pèse sur eux.

Tout la subtilité et l'art de l'avocat en droit des affaires intervient à ce niveau : en tant que représentant du dirigeant de société cotée accusé de délit d'initié, il doit prouver que l'élément moral et l'élément matériel caractérisant l'infraction sont inexistants, que le dirigeant de par sa propre connaissance des marchés financiers à réaliser une opération d'achat ou de vente de titres sans détenir aucune information privilégiée, et n'a pas commis l'infraction dont il est accusé.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.