Articles sur le même thème

Quelles différences entre bail professionnel et bail mixte ?

| Publié le

illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous exercez une activité professionnelle nécessitant l’exploitation d’un local à usage commercial ou professionnel et hésitez sur le type de bail à conclure ? Il existe des différences entre le bail professionnel et le bail mixte qu’il convient de maîtriser avant de signer quoi que ce soit. Découvrez vos alternatives avec Avocats Picovschi !

Le bail professionnel et le bail commercial

Le bail professionnel se différencie du bail commercial en ce que le premier peut être conclu par les professionnels dont les revenus sont imposés dans la catégorie des bénéfices non commerciaux. Si vous exercez une profession libérale réglementée, si vous êtes notaire, huissier, ou une autre activité non commerciale, le bail professionnel s’adresse à vous !

Ainsi, au titre de ce contrat de location particulier, un « mini-statut » des baux professionnels s’applique, que ce soit pour les personnes physiques ou les personnes morales (même si cette personne morale a opté pour une forme commerciale, ou s’il s’agit d’une association). D’après ce statut, le bail professionnel s’établit donc par écrit et pour une durée de 6 ans. Néanmoins, le locataire professionnel peut, à tout moment, notifier au bailleur son intention de donner congé des locaux. Il aura alors un délai de préavis de 6 mois à respecter.

Pour sa part, le bail commercial est utilisé pour une activité commerciale, industrielle ou artisanale. D’une durée de 9 ans, ce type de bail impose au preneur d’exercer sa faculté de résiliation anticipée qu’à l’expiration d’une période triennale, en plus de devoir respecter le délai de préavis de 6 mois.

Par ailleurs, contrairement au bail commercial, le bail professionnel ne confère aucun droit au renouvellement, bien qu’il existe un principe de reconduction tacite pour 6 années supplémentaires à défaut de manifestation de la volonté des parties.

Il est tout à fait possible pour une entreprise non commerciale de se soumettre de manière volontaire au statut des baux commerciaux. Toutefois, ce principe ne trouve pas son pareil pour les preneurs exerçant une activité commerciale, industrielle ou artisanale.

Quant au montant du loyer, c’est le contrat de bail professionnel ou commercial qui le fixe. Pour le premier, il est librement fixé et peut faire l’objet d’une révision en fonction d’une clause d’indexation s’il en existe une. La révision du montant du loyer dépend également des mentions faites au bail commercial dans le cas de l’existence d’une clause d’échelle mobile ou elle peut intervenir de manière tout à fait légale, à l’issue de chaque période triennale.

Ce qui fait l’intérêt du bail professionnel c’est le fait que celui-ci est librement cessible ou sous-louable, sous réserve d’éventuelles interdictions conventionnelles.

Le bail professionnel et le bail mixte

Il existe une alternative au bail professionnel qui est celle du bail mixte. Là encore, il s’agit d’un contrat de location d’un local. Toutefois, son usage sera affecté à l’habitation en plus de l’exercice d’une activité professionnelle. Très plébiscité notamment par les médecins et les autres professions libérales, le régime légal du bail mixte obéit aux exigences de la loi n° 89-462 du 6 juillet 1989. Cela implique, en outre, que ce contrat doit inclure certaines mentions obligatoires et faire l’objet d’un écrit.

Comme le bail professionnel simple, sa conclusion est soumise à la condition de l’obtention d’une autorisation de la copropriété afin de pouvoir exercer une activité libérale dans le logement, en plus de devoir demander une autorisation de la mairie, sauf s’il s’agit d’une résidence principale.

Sa durée peut varier entre 3 et 6 ans selon que le bailleur soit une personne physique, ou morale. Son loyer est fixé librement par les parties et peut également faire l’objet d’une révision annuelle, cette fois en fonction de l’indice de référence des loyers. À la différence du bail professionnel simple, le locataire dispose d’un droit au renouvellement du bail, bien que le bailleur puisse donner congé (en respectant un préavis de 6 mois avant le terme) pour reprise du logement, sous couvert de démontrer l’existence d’un motif légitime et sérieux, d’une volonté de vendre ou d’habiter ledit logement. En l’absence de manifestation d’une telle volonté, le bail mixte pourra être reconduit tacitement et aux mêmes conditions que le bail initial.

Outre ces situations exceptionnelles, il ne sera pas possible pour le bailleur de demander la résiliation anticipée du contrat de bail mixte, bien que le locataire, lui, pourra à tout moment la demander en respectant un délai – plus court – de trois mois.

L’un des inconvénients du bail mixte, contrairement au bail professionnel, c’est qu’il n’est pas librement cessible. L’accord du bailleur est nécessaire à ce titre. Enfin, si vous recevez de la clientèle ou des marchandises, qu’il s’agisse d’un bail mixte ou d’un bail purement professionnel, vous n’aurez aucunement besoin d’autorisation. Pour tous les autres cas, une autorisation de la mairie sera indispensable si le local se situe dans une ville de plus de 200.000 habitants ou dans les départements du 92 (Hauts-de-Seine), 93 (Seine-Saint-Denis) ou du 94 (Val-de-Marne).

Confiez-nous la rédaction de votre bail professionnel ou mixte

Vous l’aurez compris, la rédaction d’un bail professionnel ou mixte doit faire l’objet d’une expertise approfondie, notamment quant aux mentions particulières et obligatoires à inclure.

Certains points doivent, en outre, être préalablement négociés avec le bailleur tels que l’existence d’une interdiction de cession du bail, d’une clause qui prévoit le non-renouvellement du contrat à son expiration ou la stipulation d’une clause d’indexation, soit des éléments qui peuvent nuire à la continuité de l’exercice de votre activité professionnelle.

Une pratique assidue et continue du droit immobilier et, éventuellement, du droit commercial s’avère donc indispensable face à la thématique complexe de la rédaction d’un bail mixte ou professionnel.

Avocats Picovschi, cabinet situé à Paris 17ème et composé d’experts juridiques en la matière, saura vous conseiller, vous guider et vous assister dans le cadre de la conclusion de vos baux professionnels et mixtes !

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions