Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des nouvelles technologies / Informatique

Le devoir de conseil dans les contrats informatiques

| Mis à jour le 04/05/2015


Lorsqu'on achète du matériel informatique, le fournisseur de ces produits à un devoir de conseil vis-à-vis de son client, qu'il soit un consommateur ou une entreprise. Corollaire de l'obligation de renseignement imposé aux parties cocontractantes, le devoir de conseil des fournisseurs de matériel informatique va plus loin puisqu'il oblige le vendeur professionnel à rechercher la solution qui soit la plus adaptée aux besoins de son cocontractant.

Le devoir de conseil, un principe jurisprudentiel

Dès les années 1970, la jurisprudence imposait ce devoir de conseil au vendeur de matériel informatique. Cela débuta par un jugement « IBM contre Flammarion » rendu par le tribunal de commerce de Paris, 19 avril 1971. Solution explicitée dans un arrêt « Logamax », rendu le 15 mai 1975 par la Cour d'appel de Paris. Dans ce dernier arrêt, les juges d'appel parisien précisent que le devoir de conseil impose au professionnel de conseiller son client sur un équipement qui ne soit ni trop puissant, ni trop coûteux.

La Cour de cassation consacrera cette jurisprudence des juges du fond à plusieurs reprises à partir des années 90. Citons entre autres un arrêt de la Première chambre civile de la Cour de Cassation, rendu le 3 février 2002, dans lequel la Haute Juridiction retient la responsabilité du vendeur pour ne pas avoir suffisamment informé son client à propos de l'incompatibilité entre le matériel et le logiciel.

La jurisprudence est allée encore plus loin dans sa logique puisqu'elle a empêché que l'on limite ce devoir de conseil contractuellement. En effet, les juges ont considéré dans de nombreux arrêts que le devoir de conseil des fournisseurs était l'accessoire de l'obligation de délivrance. Or, comme l'obligation de délivrance est une obligation essentielle du contrat que l'on ne peut pas limiter par une clause dans le contrat, le devoir de conseil ne pourra pas faire l'objet de clause limitative de responsabilité, dans un raisonnement par analogie. Cela débuta par un arrêt de la Cour d'appel de Paris, en date du 29 juin 2001, suivi ensuite par son homologue de Rennes en mai 2002.

Toutefois, ce ne sont pour le moment que des Cour d'appel qui ont affirmé ce principe. Reste donc à connaitre la position des juges suprêmes de la Cour de cassation.

En revanche, d'autres limites au devoir de conseil ont été acceptées la Cour de cassation.

Limites au devoir de conseil

Tout d'abord, le fournisseur n'a pas d'obligation d'information sur les produits de ses concurrents. C'est la Chambre commerciale de la Cour de Cassation qui a consacré cette solution somme toute logique, dans un arrêt du 12 novembre 1992.

Ensuite, le devoir de conseil est tributaire de la plus ou moins grande compétence du client. En effet, si le client est également un professionnel dans le monde de l'informatique, il est normal que le vendeur soit exonéré de son devoir de conseil vu qu'il s'agira alors d'un contrat entre deux spécialistes ayant les mêmes compétences. Mais la jurisprudence va plus loin encore dans ce raisonnement. Ainsi, dans un arrêt du 14 mars 2000, la Chambre commerciale de la Cour de cassation décidait d'exonérer un fournisseur de son devoir de conseil du fait que le progiciel était en démonstration chez le vendeur et que l'acheteur en utilisait des semblables depuis longtemps. Par un arrêt du 4 juin 2013, la Cour de cassation est venue préciser que les connaissances professionnelles du client en matière d’informatique (par exemple une société disposant d’un service informatique) pouvaient écarter la responsabilité du fournisseur en cas de risques encourus.

Par ailleurs, la jurisprudence exonérera le fournisseur de son devoir de conseil lorsqu'elle estimera que le client a été correctement et suffisamment informé. C'est le cas notamment dans un arrêt du 17 décembre 1991 où la Cour de cassation écarta la responsabilité du fournisseur au motif qu'il avait informé son client sur l'insuffisance du matériel.

De même, dans un arrêt du 5 mai 1999, la Chambre commerciale de la Cour de cassation rejeta la responsabilité du vendeur lequel avait fourni une information complète en donnant toute la documentation nécessaire et en faisant des démonstrations à son client.

En outre, dans tout contrat informatique entre un fournisseur et son client professionnel hors informatique, un cahier des charges est normalement établi pour justement que le client puisse y exprimer ses besoins. Or, dans le cas où ce cahier des charges venait à ne pas être établi, la jurisprudence estime que la responsabilité de cette absence revient au client qui ne pourra donc pas invoquer un manquement du fournisseur à son devoir de conseil. C'est un arrêt de la Chambre commerciale de la Cour de cassation, rendu le 11 mai 1999, qui a posé le principe.

Toutefois, si le fournisseur initie la prestation de services et fait signer le contrat sans cahier des charges, sa responsabilité sera alors engagée. Cette solution est non seulement reconnue lorsque le client est profane mais aussi dans le cas où le client dispose d'un service informatique interne, comme l'a précisé un arrêt du 25 mai 2003 rendu par la Chambre commerciale de la Cour de cassation.

Enfin, si le fournisseur a un devoir de conseil, le client n'en a pas moins des obligations de son côté parmi lesquelles on trouve l'obligation de collaboration. Ainsi, le client doit faire tout son possible pour contribuer au succès de l'opération. Cette obligation de collaboration du client a été rappelée à de nombreuses reprises par la jurisprudence comme par exemple dans un arrêt du 5 décembre 2000 rendu par la Chambre commerciale de la Cour de cassation. La Première chambre civile suit la même interprétation comme en atteste son arrêt du 2 octobre 2001. Cette dernière précisera même, dans un arrêt du 8 juillet 2003, que le devoir de collaboration du client se prolonge durant la phase d'exécution du contrat.

Les sanctions du manquement au devoir de conseil

En cas de manquement à son obligation de conseil, plusieurs types d'actions en justice peuvent être effectués :

  • annulation du contrat informatique pour vice de consentement
  • résolution du contrat, ce qui implique que le contrat est annulé rétroactivement. En résumé, on fait comme si le contrat n'avait jamais existé.
  • Résiliation du contrat
  • Une action en responsabilité délictuelle : dans cette hypothèse, le contrat demeure en vigueur mais le client aura le droit à l'allocation de dommages et intérêts.

Le fournisseur informatique doit donc assumer bon nombre d’obligations et notamment celle de conseil. En cas de contentieux entre le client et le fournisseur, il est indispensable de faire appel à un avocat. Avocats PICOVSCHI a à cœur de trouver la meilleure stratégie applicable à la défense des intérêts de ses clients.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.