Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit du travail

La clause d'exclusivité et la clause de confidentialité, ou comment renforcer l'obligation de loyauté des salariés

| Mis à jour le 22/04/2015 | Publié le 01/06/2011


S'il est certain que les bonnes relations entre employeur et salarié s'instaurent au fur et à mesure que naît un rapport de confiance entre eux, le droit met également à disposition des chefs d'entreprise certains outils pour renforcer l'obligation de loyauté des salariés. Tout au long de la relation de travail, le salarié est soumis à une obligation de loyauté ; celle-ci peut éventuellement être complétée par l'insertion au contrat de travail de clauses d'exclusivité et de confidentialité.

« L'entreprise ne peut exiger la loyauté de ses salariés : elle doit la mériter »

Charles HANDY, théoricien du management britannique né en 1932.

Le salarié est naturellement tenu à une obligation de loyauté

L'obligation de loyauté des salariés est une création jurisprudentielle, issue de l'interprétation des dispositions du Code civil, qui dispose que « les conventions obligent non seulement à ce qui y est exprimé, mais encore à toutes les suites que l'équité, l'usage ou la loi donnent à l'obligation d'après sa nature ».

La jurisprudence a pu donner des illustrations des comportements réputés déloyaux. Est ainsi prohibé le fait de tenir des propos préjudiciables sur l'entreprise, d'effectuer un travail rémunéré qui ferait concurrence à l'employeur (comme par exemple le fait pour un ouvrier d'effectuer pour son compte des travaux clandestins chez les clients de son employeur), de débaucher du personnel ou de clients de l'entreprise, de critiquer l'entreprise sur Internet…

En une phrase, l'obligation de loyauté consiste à ne pas nuire aux intérêts de l'entreprise.

Les contours de l'obligation de loyauté n'étant pas nécessairement très précis, l'employeur peut souhaiter affiner ses exigences à l'égard de ses salariés. Des outils juridiques existent, au rang desquels les clauses de confidentialité et d'exclusivité, encore faut-il s’assurer de leur validité juridique. Un seul moyen : en faisant appel à un avocat en droit du travail et de la concurrence pour les rédiger.

Les clauses de confidentialité et les clauses d'exclusivité comme outils pour renforcer l'obligation de loyauté

La clause de confidentialité

L'employé qui connaît des informations stratégiques sur le fonctionnement et les projets de l'entreprise peut s'avérer dangereux au contact d'une structure concurrente. Pour éviter un quelconque risque, l'employeur peut insérer une clause de confidentialité dans le contrat de travail.

Ce type de clause n'est valable que si elle est proportionnée au but recherché et si elle est justifiée par la nature de la tâche confiée au salarié. On verrait en effet mal sur quel fondement un employeur imposera une quelconque confidentialité à un salarié qui n'aurait accès à aucune information sensible dans l'entreprise.

La clause d'exclusivité

Si la clause de non-concurrence permet à l'employeur, à l'extinction du contrat de travail, de se prémunir contre les agissements d'un salarié partant, il est également possible de prendre ses précautions pendant la durée du contrat.

L'employeur peut en effet décider d'insérer une clause d'exclusivité dans le contrat de travail. Il s'agit d'une stipulation par laquelle le salarié s'engage à ne pas se mettre au service d'un autre employeur. L'employé s'engage à ne commettre aucun acte qui pourrait constituer un acte de concurrence à l'égard de son entreprise.

La validité de la clause est subordonnée à deux conditions :

  • Elle ne peut être imposée qu'à un salarié qui travaillerait à plein temps. Dans la mesure où une telle stipulation limite les perspectives professionnelles de l'employé, on considère qu'elle ne peut être imposée qu'au salarié qui tirerait des ressources complètes et suffisantes de son emploi ;
  • La clause n'est licite que si elle est nécessaire à la protection des intérêts légitimes de l'entreprise. En conséquence, elle doit être proportionnée et justifiée par la nature de l'emploi occupé. Le but de ce type de clauses consiste en effet à protéger un savoir-faire très particulier. Encore une fois, le salarié qui ne serait détenteur d'aucune connaissance spécifique liée à son emploi dans l'entreprise ne peut se voir imposer une telle clause.

Les clauses d'exclusivité et de confidentialité doivent donc être maniées avec mesure et  précaution. La plupart du temps, elles ne sont insérées que dans les contrats de travail des salariés détenteurs d'informations sensibles au sein de la société. 

Le droit du travail offre donc un certain nombre d'outils aux chefs d'entreprise prévoyants, désireux de sécuriser la stratégie de leur société. Le contrat de travail emporte des obligations et des devoirs à la charge des salariés, qui encourent des sanctions en cas de manquement. Le recours à un avocat en droit du travail peut permettre d'exploiter les ressources juridiques existantes, tout en évitant les erreurs. Avocats PICOVSCHI connaissant les conséquences de clauses mal rédigées et gérant ce type de contentieux pourra défendre vos intérêts.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.