Vous voulez plus d’informations ?
Contactez nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

Pratique calomnieuse de la diffamation : comment réagir ?

Par Avocats PICOVSCHI | Publié le 16/12/2019

illustration de l'article

SOMMAIRE

Qui n’a jamais fait l’objet d’une diffamation. Que celle-ci porte atteinte à votre honneur ou votre personne, il ne faut pas cautionner cela. Dès lors il y a diffamation, il convient d’agir rapidement. Cependant, la procédure applicable à la diffamation n’est pas forcément connue de tous. Avocats Picovschi intervient en matière de diffamation pour faire sanctionner ces agissements.

Qu’est-ce que la diffamation ?

La diffamation réside « en une allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ». Cet agissement est réglementé par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

La diffamation peut être souvent confondue avec l’injure (allégation envers une personne dont les faits ne peuvent être vérifiés). De ce constat, certaines particularités permettent de caractériser la diffamation :

  • Elle doit être effectuée par allégation
  • Elle doit porter sur un fait vérifiable
  • Elle doit porter atteinte à l’honneur ou la considération d’une personne
  • Elle doit désigner une personne

Si ces conditions ne sont pas respectées, il n’y a pas diffamation.

Par exemple, vous êtes ingénieur dans un centre de recherche. Durant le courant de l’année, une personne est venue porter atteinte à votre honneur. En effet, elle a divulgué sur le site internet de l’entreprise des informations personnelles vous concernant. En l’espèce, une allégation envers vous a été faite, cette personne a ciblé des faits particuliers, elle a porté atteinte à votre réputation dans l’entreprise et enfin elle vous a ciblé. Tous les caractères sont réunis et ces propos peuvent être considérés comme des propos diffamatoires.

Enfin, il convient de distinguer deux types de diffamation : publique et non publique. La diffamation publique va être celle qui peut être portée à la connaissance de tiers (ex : diffamation dans la rue, diffamation sur les réseaux sociaux). La diffamation non publique est réalisée dans un cercle de personne restreint (ex : diffamation par sms).

Une fois les faits de diffamation caractérisés, il convient d’agir. Votre avocat en Droit des Affaires ou Droit pénal vous aide à mener à bien votre action en diffamation.

Comment sanctionner les acteurs de diffamation ?

Agir en diffamation permet de rétablir son honneur et surtout de faire cesser les agissements. Attention, les délais peuvent être très courts en fonction du type de diffamation. Votre avocat vous dit tout.

Pour agir en diffamation, plusieurs possibilités sont ouvertes à la personne victime. Elle a le choix entre la plainte devant le commissariat / gendarmerie ou directement déposer une plainte simple devant le Procureur de la République. Sachez que si la personne n’est pas connue, la plainte déposée sera intitulée contre X.

La victime peut également déposer une plainte avec constitution civile devant le juge d’instruction. Dans cette situation, c’est la justice qui se chargera d’engager des poursuites.

Enfin, une citation directe devant le tribunal correctionnel est également possible. Pour effectuer une citation directe, il faut connaître les coordonnées de l’auteur de la diffamation.

Dans tous ces cas, l’assistance d’un avocat est vivement conseillée. Ainsi, la procédure est quasi identique que la personne soit connue ou non.

Sachez qu’une action en référé est également possible. Cela peut notamment intervenir si une vidéo litigieuse est publiée sur internet et que vous souhaitez faire cesser cela rapidement.

Attention ! En cas de diffamation publique vous n’avez que 3 mois pour agir alors qu’en diffamation non publique, vous pouvez agir dans l’année suivante.

Si votre action aboutit, la personne coupable encourt des sanctions pénales. En cas de diffamation publique, l’auteur de la diffamation devra s’acquitter d’une amende de 12 000 euros alors qu’en cas de diffamation non publique, elle aura une contravention de 38 euros maximum.

Ne faites pas face à cela seul ! Avocats Picovschi, doublement compétent en Droit des Affaires et Droit pénal, se fera un plaisir de vous accompagner afin de mener à bien votre action judiciaire.

Sources :

Démarches.interieur.gouv.fr, « Diffamation », novembre 2018, Direction de l’information légale et administrative

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Rencontrons-nous

Nos attachés d'information sont à votre écoute et vous expliqueront notre fonctionnement

Vous voulez plus d’informations ?

Contactez nous
+33(0)1 56 79 11 00

90 avenue Niel
62 & 69 rue Ampère
75017 Paris

Nos succès
Nos autres domaines
d’interventions