Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Vie personnnelle une cause de licenciement ?

Par Maggy RICHARD | Mis à jour le 01/08/2014


Un arrêt de la Cour de Cassation du 25 janvier 2006 n’exclut pas la possibilité pour un employeur de se baser sur des faits commis par le salarié en dehors de son temps de travail pour le licencier.

En effet, une salariée d’une banque avait été condamnée pour des faits de vol de véhicules, de falsification de pièces d’identité et pour possession d’armes. Le directeur de la banque avait alors licencié cette personne estimant que son attitude constituait un « trouble caractérisé de l’entreprise, ce trouble s’appréciant au regard des fonctions exercées par la salariée et de la finalité de l’entreprise. »

La salariée avait porté l’affaire devant la justice, et la Cour de Cassation lui avait, dans un premier temps, donné raison dès lors que « les faits imputés à la salariée relevaient de sa vie personnelle et ne pouvaient constituer une faute. »

Cependant, la Cour d’appel de renvoi n’a pas suivi la position de la Haute Cour et a estimé le licenciement justifié.

L’affaire s’est donc à nouveau retrouvée devant la Cour de Cassation, qui, entre temps, avait modifié sa position. En effet, depuis 2003, on assiste à une évolution de l’appréciation de la Cour, qui a notamment confirmé le licenciement pour faute d’un chauffeur routier qui avait été arrêté sous l’empire d’un état alcoolique en dehors de son temps de travail.

S’agissant de l’employée de banque, la Cour a affirmé que « si en principe, il ne peut être procédé au licenciement d’un salarié pour une cause tirée de sa vie personnelle, il en est autrement lorsque le comportement de l’intéressé, compte tenu de ses fonctions et de la finalité propre de l’entreprise, a créé un trouble caractérisé au sein de cette dernière. Et attendu que la cour d’appel, qui a relevé que la salariée, cadre commercial dans une banque et tenue, à ce titre, d’une obligation particulière de probité, à laquelle elle avait manqué en étant poursuivie pour des délits reconnus d’atteinte à la propriété d’autrui, a pu décider que ces faits, qui avaient créé un trouble caractérisé au sein de l‘établissement, justifiaient le licenciement pour faute grave »

Il en ressort que peuvent être pris en compte des événements de la vie privée pour justifier un licenciement, mais tout dépendra des fonctions du salarié, du trouble pour l’entreprise, de l’atteinte à la probité qui devront justifiés l’impossibilité de maintenir le salarié à son poste, notamment au vu de la perte de confiance de l’employeur et de la dangerosité de l’employé.

Face à cette situation, n’attendez pas pour agir en ayant recours à un avocat compétent !

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.