Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit fiscal

Sursis de paiement : la constitution des garanties

Par Jean MARTIN, Consultant, Ancien Inspecteur des Impôts | Mis à jour le 04/01/2017 | Publié le 16/03/2010


illustration de l'article

SOMMAIRE

Les particuliers et entreprises qui ont fait l'objet d'un contrôle fiscal conservent la possibilité, dans le cadre d'une réclamation contentieuse, en application de l'article R* 190-1. du Livre des procédures fiscales, de contester les impositions mises à leur charge, si celles-ci sont tout ou partie injustifiées. Dans ce cas, ces contribuables ont la faculté de bénéficier du sursis de paiement sous réserve de présenter des garanties aux Services de recouvrement. Décryptage par Avocats PICOVSCHI.

Le droit au sursis de paiement et sa contrepartie

Afin d'éviter des poursuites en tous genres de la part des Comptables du Trésor public, l'Avocat fiscaliste recommande toujours vivement en application des dispositions de l’article L. 277. du Livre des procédures fiscales (L.P.F.), de demander à l'appui d’une réclamation contentieuse, le sursis de paiement à hauteur des rappels de droits contestés. En contrepartie, les contribuables sont tenus de constituer des garanties jusqu'à la date de la décision de l'administration fiscale lorsque le montant des droits est supérieur à 4 500 €.

C'est dire qu'après un contrôle fiscal ayant abouti à des rappels d'impôts sur 2 ou 3 ans, le problème de constitution des garanties se rapporte à la majorité des situations …

A défaut de constitution de garanties ou si celles-ci sont jugées insuffisantes, le Service de recouvrement compétent a le droit de prendre des mesures conservatoires en vue de sauvegarder ses possibilités de recouvrer les impositions contestées. Cependant, il est très important de faire observer que le bénéfice du sursis de paiement n'est pas lié à la constitution des garanties. Il ne peut donc être refusé pour ce seul motif.

Par ailleurs, la prise de garanties se limite au seul montant des droits contestés, à l'exclusion de toute pénalité, amende ou intérêt de retard.

Enfin, il convient de souligner que toutes les garanties produites à l'appui d'une demande de sursis de paiement sont recevables. Mais bien entendu, le fisc rappelle « volontiers » que ces garanties peuvent, notamment et conformément à l’article R* 277-1. du L.P.F., être constituées par un versement en espèces effectué à un compte d'attente, par des créances sur le Trésor, la présentation d'une caution, par des valeurs mobilières, des affectations hypothécaires, des nantissements de fonds de commerce, etc …

Quelles sont les conditions de recevabilité ?

A l'appui de la demande de sursis de paiement, vous disposez de 15 jours pour faire connaître les garanties que vous vous engagez à constituer.

En réponse à votre courrier, le Service de recouvrement concerné doit vous notifier sa décision par pli recommandé, dans un délai de 45 jours à compter de la réception de votre proposition. A défaut de réponse dans ce délai, vos garanties offertes sont réputées acceptées.

Toutefois, dans le cadre de ses prérogatives destinées à protéger ses droits, l’administration fiscale se réserve en application de l’article R* 277-2. du L.P.F., la possibilité à tout moment, en cas de « dépréciation ou d'insuffisance des garanties constituées », de vous demander un complément de garantie en vue d'assurer le recouvrement des sommes contestées.

A défaut de réponse, on revient à la case-départ du « jeu de l’oie » … C’est ainsi que le Comptable du Trésor risque évidemment de prendre des mesures conservatoires pour accentuer la pression sur vous.

En contrepartie, si des sommes ou des biens vous ont été saisis antérieurement à la demande de sursis de paiement, le Service de recouvrement est tenu de vous en restituer la propriété si vous avez présenté des garanties suffisantes. Dans cette hypothèse, celles-ci se substituent naturellement aux sommes ou biens appréhendés avant le dépôt de votre réclamation, assortie régulièrement de la demande de sursis de paiement.

Comment gérer une situation critique ?

A la réception des avis d’imposition (au titre de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux) ou de l’avis de mise en recouvrement (AMR au regard de l’impôt sur les sociétés, de la TVA et des droits d’enregistrement), ne commettez pas l’erreur de vous en prendre à « la terre entière » sans rien faire …

Car cette attitude risque d’entraîner les menaces de poursuites en cas de non-paiement des sommes dues dans les délais. Si vous n’avez pas cru opportun de recourir auparavant à l’assistance d’un professionnel expérimenté en Droit fiscal, il est heureusement encore temps de réagir. Il existe peut-être des marges de manœuvre pour obtenir une atténuation sensible des rappels de droits et des pénalités y afférentes mis en recouvrement.

Rapprochez-vous d’un Avocat fiscaliste compétent. Celui-ci va s’atteler à analyser les chefs de redressements développés dans la proposition de rectification, ayant conduit aux impositions réclamées. Par le biais d’une réclamation contentieuse en bonne et due forme, sa mission consiste alors à détecter les failles constatées dans la procédure de vérification, en vue à minima, de convaincre le fisc de réduire le montant des rappels d’impôts en cause.

Hormis la maîtrise des textes législatifs, de la doctrine administrative et de la jurisprudence, Avocats PICOVSCHI connaît aussi les « ficelles » particulières qui ne figurent pas dans les manuels. Et ses Avocats se tiennent prêts à vous défendre en cas de tentatives de la part de l’administration fiscale, de prendre à votre encontre des mesures conservatoires sous la forme de blocages de comptes bancaires, d’ATD (avis à tiers détenteurs), d’inscriptions hypothécaires, etc …

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel - 62 & 69 rue Ampère 75017 Paris

Jean Martin - Consultant Droit fiscal

Jean Martin
Ancien Inspecteur des Impôts

Nous bénéficions de l'expertise de notre of counsel, Jean Martin, ancien Inspecteur des Impôts.

POURQUOI NOUS REJOINDRE

Pourquoi nous rejoindre - Avocats Picovschi

Pour participer à notre succès, dans tous les sens du mot : y contribuer et en profiter. Notre cabinet, depuis près de 30 ans, assure son développement de façon pérenne en s’appuyant sur deux pieds essentiels l’extrême compétence et l’innovation.

Première Start-up du droit, le cabinet a su prendre le virage de la technologie et a su rester un cabinet traditionnel à l’écoute de ses clients.

Ses performances sont régulièrement reconnues par la presse spécialisée et le classe par Décideurs Magazine parmi les meilleurs cabinets d’avocats en matière de Contentieux & Arbitrage - Contentieux commercial dans la rubrique pratique réputée et Droit de l’architecture et construction.

Si l’on ajoute à cette brève description la perspective d’évolution de carrière notre proposition devrait vous attirer et vous conduire à postuler.

Partagez votre avis

Google avis

Cet article a répondu à vos attentes et vos questions ? Donnez votre avis !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.