Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Rupture abusive du contrat de travail pendant la période d'essai

| Mis à jour le 07/08/2014


La rupture d’un contrat de travail pendant la période d’essai peut-elle être abusive ? C’est à cette question que la jurisprudence a dû répondre en matière de droit social.

Lors de l’embauche d’un salarié, le Code du travail dispose qu’une période d’essai peut-être prévue dans le contrat de travail. Cette période permet, d’une part, à l’employeur de juger les aptitudes du salarié à l’emploi proposé, et d’autre part, au salarié, d’apprécier si les conditions de travail et l’emploi lui conviennent.

Par conséquent, afin de faciliter pour chacun la possibilité de retour en l’état antérieur à l’embauche, le Code du travail  est venu écarter la procédure protectrice de rupture du contrat de travail en prévoyant que « Le contrat de travail à durée indéterminée peut être rompu à l'initiative de l'employeur ou du salarié, ou d'un commun accord, dans les conditions prévues par les dispositions du présent titre. Ces dispositions ne sont pas applicables pendant la période d'essai ».

Durant cette période d’essai, chacune des parties peut donc, en principe, rompre librement le contrat de travail.

Cependant, la jurisprudence a restreint, pour ce qui concerne l’employeur, la liberté de rupture du contrat de travail pendant la période d’essai.

Dans une espèce, un salarié est engagé en CDI avec une période d’essai de 4 mois, renouvelable une fois, au sein de la direction du développement d’une société. Pendant l’essai, l’employeur met fin au contrat sans énoncer de motif.

Le salarié saisit alors la juridiction prud’homale pour rupture abusive de sa période d’essai. Il soutient que la rupture n’était pas inhérente à sa personne, et qu’elle a permis à l’employeur de supprimer le poste.

La Cour d’appel lui donne raison et la Chambre sociale rejette le pourvoi formé par l’employeur.

Cette dernière considère en effet que la rupture est abusive si elle ne repose pas sur un motif inhérent à la personne du salarié lié notamment à l’insuffisance de ses capacités et compétences professionnelles.

Cette décision semble parfaitement justifiée au regard de l’objet de la période d’essai. Comme le rappelle la Cour de cassation, cette période doit permettre à l’employeur « d’apprécier la valeur professionnelle du salarié ».

Cependant, cette décision emporte des conséquences importantes.

Elle impliquerait que le motif de la rupture pendant la période d’essai soit indiqué par l’employeur au salarié. En effet, on peut penser qu’une rupture sans explication risque d’être considérée comme abusive.

De plus, le motif de rupture doit être en rapport direct avec l’objet de la période d’essai. Il doit donc reposer sur l’inadéquation des capacités du salarié avec le poste qu’il convoite.

Ainsi, la rupture du contrat de travail qui intervient pendant la période d’essai doit uniquement être fondée sur un motif lié à des considérations d’ordre professionnel et non sur un motif de nature économique. En conséquence de quoi, elle est considérée comme abusive et peut donc entraîner la condamnation de l’employeur à des dommages-intérêts.

Il semblerait, par cette décision, que la liberté qui caractérise la rupture de la période d’essai soit fortement remise en question.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.