Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Quel avenir pour le CNE ?

Par Jessica Elessa, Juriste | Article archivé


La Cour d'appel de Paris a jugé ce vendredi 6 juillet 2007 que le Contrat Nouvelles Embauches (CNE) était contraire à la Convention n° 158 de l'Organisation Internationale du Travail, au motif que le délai de deux ans pendant lequel un salarié peut être licencié sans aucun motif était déraisonnable.

La 18ème chambre de la Cour d'appel de Paris s'est prononcée en appel sur un jugement du Conseil de prud'hommes de Longjumeau en date du 28 avril dernier, qui avait requalifié un CNE en contrat à durée indéterminée (CDI) au motif que l'ordonnance du 2 août 2005 créant le CNE était contraire au droit international, un jugement de principe qui constituait une première.

La Cour d'appel a estimé que "durant une période de deux années, le CNE prive le salarié de l'essentiel de ses droits en matière de licenciement", ce qui le conduit à une situation où la charge de la preuve de l'abus de la rupture du contrat de travail lui incombe. Elle ajoute que "cette régression, qui va à l'encontre des principes fondamentaux du droit du travail dégagés par la jurisprudence et reconnus par la loi, prive les salariés des garanties d'exercice de leur droit au travail", estime la cour.

Le CNE est un contrat de travail à durée indéterminée qui s'adresse aux entreprises dont le seuil d'effectif est d'au moins 20 salariés, débutant par une période de deux ans, conçue comme une période spécifique de consolidation de l'emploi qui permet notamment à un employeur de mesurer la viabilité économique et les perspectives de développement de son entreprise, et pendant laquelle ce dernier peut licencier son salarié sans aucun motif (cause réelle et sérieuse).

Rappelons que malgré le caractère contraignant des conventions de l'OIT qui ont toutes été signées et ratifiées par la France, il n'est prévu aucune sanction en cas de violation des conventions.

Le gouvernement a répondu qu'il prenait acte de cette décision. Faut-il en conclure pour autant que le CNE est mort, l'avenir nous le dira. En tout cas, pour le moment le CNE est plutôt moribond.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.