Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit pénal des Affaires

Précision sur le champ d'application des infractions d'abus de confiance et d'abus de bien sociaux

Par Avocats Picovschi | Mis à jour le 16/04/2015 | Publié le 03/02/2012


illustration de l'article

SOMMAIRE

L’abus de confiance et l’abus de biens sociaux sont deux notions proches, mais bien distinctes. Lorsque vous vous retrouvez confronté à l’une de ces infractions, faites appel immédiatement à un avocat en droit des affaires. Fort de son expérience, il saura trouver la bonne qualification juridique et par conséquent le bon fondement juridique pour mener à bien votre action devant les tribunaux.

L'abus de biens sociaux : un délit spécifique aux SA et SARL

En application des dispositions du Code de commerce, le délit d'abus de biens sociaux apparait comme une règle pénale accessoire des règles commerciales régissant certaines sociétés. Ces deux dispositions légales posent alors une condition préalable à la commission d'un tel délit d'abus de biens sociaux : il faut que l'abus soit commis au sein d'une société anonyme (SA) (qu'elle soit moniste ou dualiste, en somme fonctionnant avec un Conseil d'administration ou un Conseil de surveillance et directoire) ou au sein d'une société à responsabilité limitée (SARL).

Ces dispositions sont d’interprétation stricte, aussi en dehors de ces types de sociétés on ne pourra pas parler d’abus de confiance. Exit les autres formes sociales ou les associations.  C'est ce que rappelle la chambre criminelle de la Cour de cassation dans un arrêt en date du 3 juin 2004 : « L'incrimination d'abus de biens sociaux ne peut être étendue à des sociétés que la loi n'a pas prévues  pour lesquelles seule la qualification d'abus de confiance est susceptible d'être retenue. »

En outre, le délit ne vise que certaines personnes. Seuls peuvent se voir reprocher un abus de biens sociaux, les dirigeants de la société en somme le gérant d'une SARL ou le Président d'une SA (ou directeur général). Les associés ou les salariés sont alors exclus du champ d'application du délit.

Comment distinguer l'abus de biens sociaux et l'abus de confiance ?

L'abus de confiance est défini dans le Code pénal, comme étant le fait d’utiliser des fonds, un bien ou des valeurs à un autre usage que celui initialement prévu par la victime. L’auteur du détournement viole la confiance que la victime a placée en lui.

Il est certain que lorsque les éléments constitutifs de l'abus de biens sociaux sont réunis, les poursuites seront engagées sur ce fondement.

Face à la question de savoir si le délit d’abus de confiance pouvait être appliqué au cas où un abus aurait été commis au sein d'une SA ou d'une SARL sans que les éléments constitutifs de l'abus de biens sociaux soient réunis. La Chambre criminelle de la Cour de cassation a répondu par l'affirmative. La qualification d'abus de confiance vient donc au secours de celle d'abus de biens sociaux si celui-ci ne peut être constitué.

Avocats Picovschi, compétent en droit pénal des affaires, pourra à ce titre analyser votre situation pour voir quelle infraction se trouve constituée et prendre en charge la défense de vos intérêts.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.