Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Contrôle URSSAF

Nullité du contrôle URSSAF pour défaut de procédure

Par Avocats Picovschi | Publié le 16/08/2016


illustration de l'article

SOMMAIRE

Au cours de l’existence de votre société, il est fort probable qu’elle fera l’objet au moins une fois d’un contrôle URSSAF. Ce contrôle peut déboucher sur un redressement.
Et s’il pouvait être annulé ? Avec l’aide d’un bon avocat c’est possible !

 

Le pouvoir de contrôle de l’URSSAF limité

L’article R243-59 du Code de sécurité sociale encadre les pouvoirs de l’URSSAF lors d’un contrôle. Le décret du 8 juillet 2016 a apporté quelques modifications à cet article dans le but de renforcer la protection des droits des cotisants, en amont, pendant et après le contrôle URSSAF.

Cet article prévoit entre autre « qu’à l’issue du contrôle, les agents chargés du contrôle communiquent au représentant légal de la personne morale contrôlée ou au travailleur indépendant contrôlé une lettre d'observations datée et signée par eux mentionnant l'objet du contrôle, les documents consultés, la période vérifiée et la date de la fin du contrôle. Ce document mentionne, s'il y a lieu, les observations faites au cours du contrôle. Ces dernières sont motivées par chef de redressement. A ce titre, elles comprennent les considérations de droit et de fait qui constituent leur fondement et, le cas échéant, l'indication du montant des assiettes correspondant, ainsi que pour les cotisations et contributions sociales l'indication du mode de calcul et du montant des redressements et des éventuelles majorations et pénalités […] envisagées ».

Lorsqu’un redressement est envisagé par l’URSSAF, l’entreprise contrôlée reçoit une lettre d’observation à laquelle vous devez répondre si vous souhaitez contester son existence. Dès lors il est indispensable que l’URSSAF mentionne tous les documents ayant servi à fonder sa décision, afin que le chef d’entreprise puisse se défendre. Il s’agit du principe du contradictoire, posé notamment par l’article 6§1 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme.

Suite à votre réponse, l’URSSAF est tenue de vous répondre à nouveau afin de vous faire connaître sa position : maintien ou annulation du redressement, diminution du montant…

Que faire si vous découvrez alors que la décision est maintenue et qu’en outre elle se fonde sur des éléments dont vous n’avez eu connaissance jusqu’à présent ? Telle est la situation à laquelle a été confrontée la chambre sociale de la Cour de cassation le 31 mars 2016.

La nullité du redressement URSSAF pour irrégularité de procédure

La Cour de cassation a déjà rappelé que l’article R243-59 du Code de la sécurité sociale devait être appliqué strictement. Elle a ensuite réaffirmé que les renseignements recueillis devaient être obtenus auprès de l’employeur.

Dans le cas d’espèce, les documents avaient été obtenus auprès d’un tiers et en outre, non communiqués au cotisant, de telle sorte qu’il n’avait pas pu s’expliquer à leur sujet. Par conséquent, la Cour de cassation a prononcé la nullité du redressement pour défaut de procédure.

Il est recommandé d’investir dans les services d’un avocat compétent en contrôle URSSAF dès le début du contrôle. Seul ce professionnel aguerri, saura déceler les éventuels vices de procédures qui peuvent conduire à la nullité du redressement. C’est un investissement gagnant !

Avocats PICOVSCHI traite ce type de dossiers, du suivi du contrôle à la négociation avec le contrôleur, à la mise en place des recours contentieux, nous sommes là pour assurer votre défense.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.