Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Négocier le meilleur prix d'une entreprise

| Publié le 09/01/2006 | Article archivé


Il est impératif de se questionner sur le processus de négociation et sur ce qui peut faire de vous un meilleur négociateur, capable d'influencer et de persuader de façon plus efficace.

Négocier est devenu dans l'entreprise une compétence indispensable que tout responsable se doit d'avoir, ou mieux encore, de déléguer à des professionnels car la négociation, chacun le sait, est plus qu'un savoir. C'est un art qui s'appuie sur beaucoup d'expérience.

Le secret d'une bonne négociation repose notamment sur une stratégie adéquate capable de conduire l'autre partie à choisir ce que vous voulez, tout en satisfaisant ses attentes.

Ceci est d'autant plus vrai quand il s'agit de convaincre un acheteur du prix de cession de son entreprise. La cession d'une entreprise fait appel à l'art de la négociation. Encore faut-il qu'elle soit parfaitement argumentée.

Préparer la négociation

Prendre l'initiative d'un audit

Bon nombre de repreneurs se plaignent des estimations de prix fantaisistes annoncées par les cédants. Qu'à cela ne tienne ! Le vendeur peut faire réaliser un audit. En évitant de le confier à son expert-comptable, lequel manque naturellement de recul..

Mieux vaut s'adresser à un cabinet compétent dès lors que celui-ci agit de concert et/ou sous le contrôle de l'avocat des parties.

Demander conseil aux experts

La vente d'une entreprise étant également un casse-tête juridique et fiscal, pas d'autre solution que de s'appuyer sur un bon avocat, c'est-à-dire un homme clé qui orchestre l'opération, conseille son client et négocie pour lui (en échange d'un forfait plus une commission « de succès ») .

Bien choisir son « terrain de jeu »

Choisissez une salle claire et climatisée, de préférence chez votre avocat mais jamais sur le territoire du repreneur.

Gérer la négociation :

Se faire respecter

Définir immédiatement le « niveau » social et professionnel atteint au cours de votre carrière.

Se faire assister

Asseyez vous en face de l'équipe du repreneur, assisté par votre avocat. Cette disposition est plus pratique pour chuchoter, pointer du doigt le passage d'un contrat et passer des petits mots

Se faire comprendre :

Si l'anglais est exigé comme langue de travail, assurez vous de bien saisir toutes les subtilités de la négociation.

Maîtriser la négociation

Une fois la cible identifiée, toute la subtilité consiste à tirer le prix vers le haut, sans accepter de contreparties trop importantes sur les autres points.

Ne jamais ouvrir le feu. Mieux vaut laisser l'acheteur faire une offre de prix. Et si l'on est en pourparlers avec un grand groupe ? Faire comprendre à l'acheteur qu'il y a d'autres propositions. Créer une situation de surenchère fait toujours monter les prix.

Autre conseil : ne donner une exclusivité sur la vente de l'affaire que le plus tard possible

Certes, la marge de manoeuvre peut être faible, surtout quand les acquéreurs ne sont pas nombreux. Mais, par exemple, le cédant peut faire renoncer l'acheteur à la garantie de passif contre une baisse sensible du prix.

Il ne faut pas perdre de vue que vos intérêts dans une négociation se mesurent à l'importance que vous accordez à ce qui est en jeu dans ce processus. Les meilleurs négociateurs sont ceux qui connaissent clairement leurs intérêts finaux et ceux de la partie adverse. Ils savent aussi déjà quelles concessions ils peuvent se permettre de faire concernant leurs intérêts secondaires et sont particulièrement souples et créatifs sur les moyens à utiliser.

Estimez tous les intérêts en jeu, les vôtres et ceux de la partie adverse. Les négociations portent généralement sur des facteurs tangibles comme la valorisation de tel ou tel poste d'actif ou de la rentabilité future de l'entreprise.

L'adoption de positions trop tranchées transforme la négociation en une danse rituelle risquée qui ne répond pas aux préoccupations fondamentales des parties prenantes. Connaître toute la liste des intérêts et chercher à les concilier exige de la patience, une bonne connaissance de la partie adverse, beaucoup de questions et une véritable écoute.

Dans tous les cas, levez la séance si la négociation devient difficile, et faîtes passer votre message à l'acquéreur par l'intermédiaire de votre avocat.

Veillez aux modalités de paiement

Après s'être entendu sur le prix, de nombreux points restent à négocier. Par exemple :

  • le mode de règlement,
  • la garantie d'actif et de passif,
  • un contrat de travail si le cédant reste dans l'entreprise, ainsi qu'un éventuel « golden parachute » en cas de rupture, ou au contraire un accompagnement pendant quelques mois,une clause de non-concurrence si le cédant quitte l'entreprise.

En conclusion, quand vous envisagez la négociation, vous savez que résoudre le problème de la partie adverse, c'est déjà résoudre en grande partie le vôtre. Une fois que vous avez dessiné votre schéma et évalué toute la série des intérêts et des meilleures alternatives au contrat négocié, votre stratégie consiste à modeler la façon dont l'autre partie perçoit son problème fondamental de façon à ce qu'elle choisisse ce que vous voulez pour ses motifs personnels.

Tous ces éléments peuvent encore faire évoluer le prix. D'où la nécessité de ne pas baisser la garde jusqu'au « closing » de l'opération, selon le jargon. Et, là encore, laissez votre avocat monter au filet !

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Jean Martin - Consultant Droit fiscal

Jean Martin
Ancien Inspecteur des Impôts

Nous bénéficions de l'expertise de notre of counsel, Jean Martin, ancien Inspecteur des Impôts.

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.