Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Le cost killing appliqué aux honoraires des avocats d'affaires risque de nuire gravement à la santé des entreprises

| Mis à jour le 22/07/2014 | Publié le 19/09/2011


Le cost killing appliqué aux honoraires des avocats d'affaires risque de nuire gravement à la santé des entreprises. La profession d'avocat d'affaires, continue semble t-il à impressionner favorablement les foules et plus précisément les jeunes générations, en quête de métiers intellectuellement stimulants et rémunérateurs.

Pourtant, il semblerait que cette profession ne soit plus ce qu'elle était. En effet, les clients des avocats d'affaires sont de grosses entreprises soumises au diktat du cost killing tous azimuts.

Malheureusement, cette stratégie du « bon marché » coûte cher en termes de résultats et de risques encourus par les entreprises. S'il est un poste stratégique auquel appliquer la doctrine du moindre coût devient contre-productive, c'est bien le poste juridique au sens large.

Bien conseillée et bien défendue, une société peut faire des miracles pour peu qu'elle soit dotée de créativité et de combativité et qu'elle sache réellement motiver ses troupes.

Or, les entreprises se livrent à une mise en concurrence des avocats sur le seul critère de leurs honoraires, sans prendre en compte leur valeur ajoutée. Ainsi, comme le dit Amélie Bruder dans son article paru dans le quotidien Les Echos  du 16 septembre 2011, « les enchères s'opèrent vers le bas ».

En effet, pour répondre à cette exigence de coût, les cabinets se délocalisent, notamment en Inde. C'est la qualité du travail qui peut alors être qualifiée de « quick and dirty ».

L'entreprise ayant ainsi réduit ses dépenses est momentanément satisfaite, jusqu'au jour où le faible niveau de la prestation se fait ressentir et vient inverser la rentabilité de l'opération.

Pourtant, et c'est là le paradoxe, les avocats d'affaires sont de plus en plus formés, surdiplômés et de haut niveau intellectuellement…

Ce paradoxe conduit à une situation aberrante : des entreprises mal conseillées ou défendues par des avocats de plus en plus compétents…

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.