Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit du travail

La promesse d'embauche vaut contrat de travail

Par Roselyne G. ATCHIGUE, Juriste | Mis à jour le 22/12/2014 | Publié le 27/01/2011


La chambre sociale de la Cour de cassation, dans un arrêt du 15 décembre 2010 a considéré qu'une promesse d'embauche précise vaut contrat de travail et que sa rupture s'analyse en un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Avocats PICOVSCHI revient sur cette affaire pour vous en apprendre plus sur ce type de licenciement.

L’arrêt de la Cour de cassation : la promesse d’embauche vaut contrat

En l'espèce, par lettre datée du 31 juillet 2006, la société Compagnie antillaise de matériel automobile (CAMA) a proposé à un candidat de l'engager, au plus tard à compter du 1er octobre 2006, en qualité de directeur adjoint moyennant une rémunération mensuelle de 7.600 € sur treize mois avec le bénéfice d'un véhicule de service et la prise en charge de ses frais de déménagement et de logement durant le premier mois de son installation en Guadeloupe.

Cet engagement n'a pas été suivi d'exécution, en effet, la société CAMA lui a indiqué, par courrier daté du 9 août 2006 qu'elle ne donnait pas suite à sa promesse d'embauche. Le candidat a ainsi saisi la juridiction prud'homale pour faire juger que le non-respect de la promesse d'embauche s'analysait en un licenciement et obtenir le versement de dommages-intérêts et d'une indemnité de préavis.

Le 6 mai 2008, la Cour d'appel de Saint Denis de la Réunion, dans sa décision a jugé que « la lettre du 31 juillet 2006 adressée à M. X... le 1er août 2006 lui proposait un contrat de travail, précisait son salaire, la nature de son emploi, ses conditions de travail et la date de sa prise de fonction […] elle constituait, non pas une proposition d'emploi mais une promesse d'embauche». Pour la Cour d'appel, la rupture de cet engagement par la société s'analysait en un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La Cour de cassation (Cass. soc. 15 déc. 2010 n°08-42.951) a confirmé cette position, en rejetant le pourvoi formé par l'employeur contre l'arrêt d'appel. Elle a considéré que « constitue une promesse d'embauche valant contrat de travail l'écrit qui précise l'emploi proposé et la date d'entrée en fonction ». Elle conclue son raisonnement en estimant que « La rupture injustifiée de cette proposition d'embauche valant contrat de travail caractérisant un licenciement sans cause réelle et sérieuse ouvre incontestablement droit pour le salarié au paiement d'une indemnité de préavis, la circonstance que le contrat ait été rompu par l'employeur avant tout commencement d'exécution n'excluant pas qu'il puisse prétendre au paiement d'une telle indemnité ».

Par cet arrêt du 15 décembre 2010, la Cour de cassation consacre la différence entre la proposition d'emploi et la promesse d'embauche.

Promesse d’embauche – contrat de travail : quelles différences ?

Concernant, la promesse d'embauche, elle vaut contrat de travail, dès lors qu'elle est suffisamment précise sur les conditions d'emploi. Par conséquent, l'employeur qui adresse une promesse d'embauche au salarié, précisant son poste, sa rémunération et sa prise de fonction, est engagé dans les liens d'un contrat de travail. Ainsi, la rupture d'une telle promesse d'embauche ne pourra intervenir que durant la période d'essai.

En revanche, la proposition d'emploi doit nécessairement présenter un caractère éventuel ou conditionnel. Elle doit clairement faire apparaître que l'embauche du candidat n'est que projetée et subordonnée à l'acceptation des deux parties dans un délai déterminé.

La rupture de la promesse d'embauche entraîne des conséquences financières lourdes pour l'employeur. Il peut être contraint de payer des indemnités compensatrices de préavis, des indemnités pour non-respect de la procédure de licenciement, des indemnités pour licenciement abusif.

C'est ainsi que dans cet arrêt, l'employeur a été condamné à verser 45.600 € à titre de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et 24.699,99 € à titre d'indemnités de préavis.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.