Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit du travail

La clause de non-concurrence : une précaution indispensable en matière de droit du travail !

Par Avocats Picovschi | Mis à jour le 26/05/2015 | Publié le 20/05/2011


Vous êtes employeur, et vous souhaitez préserver votre position dominante sur le marché. Faire preuve de créativité pour conserver votre avance, c'est bien. Sécuriser les relations avec vos employés, c'est mieux !

La clause de non concurrence : protégez votre avance sur vos concurrents acquise par vos efforts d’investissements

Vos employés sont au cœur de la stratégie commerciale de votre entreprise. Rien ne vous garantit cependant qu'une fois qu'un terme sera mis à leur contrat (fin du contrat de travail, licenciement, démission, rupture conventionnelle), ceux qui étaient vos salariés ne fassent pas bénéficier une autre structure de l'avance que vous avez acquise à force d'efforts et d'investissement.

La solution ? Prévoir une clause de non concurrence dans les contrats de travail de vos salariés, ce qui permettra d'anticiper les difficultés résultant du départ de vos employés.

Par définition, une clause de non-concurrence est une stipulation par laquelle le salarié a interdiction d'exercer certaines activités susceptibles de nuire à son ancien employeur.

Il est cependant fondamental de noter que la clause de non concurrence doit concilier deux impératifs opposés : l'intérêt légitime de l'entreprise, mais également le droit au travail du salarié.

C'est en tenant compte de ces impératifs que la jurisprudence, au fil du temps, a déterminé les conditions de validité de ce type de clauses.

Les conditions de validité de la clause de non-concurrence

Les juges ont donc déterminé plusieurs conditions cumulatives de validité des clauses de non-concurrence :

La clause doit être expressément prévue au contrat de travail, dans une convention collective  ou dans un avenant approuvé par l'employé

  • La clause doit être strictement nécessaire aux intérêts légitimes de l'entreprise. Par exemple, on ne pourra imposer de clause de non concurrence à un agent d'entretien dont l'activité consiste à effectuer des activités de ménage dans une entreprise d'informatique. Le fait que le salarié se livre à son activité professionnelle dans une autre structure ne saurait nuire à l'employeur.
  • La clause doit être limitée dans le temps, l'espace et à une activité déterminée. Seule une clause d'une durée raisonnable, s'appliquant dans un espace restreint et à une activité professionnelle spécifique sera valable. Les juges retiendraient vraisemblablement comme disproportionnée une clause interdisant à un salarié exerçant initialement une profession de commercial en France de ne pas exercer son métier en Europe, pendant 30 ans ! Les juges sont tenus d'apprécier le caractère proportionné de la clause.
  • La clause ne sera valable que si l'employeur verse une contrepartie financière au salarié, contrepartie qui ne pourra être dérisoire. C'est la chambre sociale de la Cour de cassation qui, le 10 juillet 2002, a posé cette exigence. Les juges considèrent en effet qu'une telle contrepartie se justifie dans la mesure où les perspectives professionnelles de l'ancien salarié se trouvent limitées.

Il convient de noter que l'employeur peut décider de ne pas se prévaloir de la clause de non concurrence. Généralement, le contrat de travail prévoit le délai au cours duquel l'employeur doit faire savoir s'il entend se prévaloir de la clause. La chambre sociale de la Cour de cassation, le 13 juin 2007, a prévu « qu'en l'absence de fixation par le contrat de travail, ou la convention collective, des modalités de renonciation au bénéfice de la clause de non concurrence, l'employeur doit notifier dans un délai raisonnable, s'il renonce à l'application de cette clause ; ce délai court à compter de la date à laquelle l'employeur a eu connaissance de la prise d'acte de la rupture par le salarié ».

La clause de non concurrence est donc un outil particulièrement utile pour l'employeur qui souhaite préserver la stratégie commerciale de son entreprise. Simplement, en la matière, le mieux est l'ennemi du bien : la clause de non concurrence, si elle peut être efficace, ne doit pas être disproportionnée à l'intérêt poursuivi, sous peine de perdre sa validité.

En matière de droit du travail, recourir à un avocat compétent peut donc s'avérer nécessaire pour assurer la pleine efficacité des contrats de travail rédigés, et prévenir ou résoudre les contentieux de demain. Avocats PICOVSCHI, a à cœur de défendre la compétitivité des entreprises mais également l’accès au travail des salariés, alors que vous soyez employeurs ou salariés, n’hésitez pas à nous contacter en cas de contentieux liés au contrat de travail.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.