Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit de l'environnement / énergie

L'exonération de TVA et environnement

Par Jean MARTIN, Consultant, Ancien Inspecteur des Impôts | Publié le 16/06/2009


Dans son bulletin officiel des impôts n°58 du 11 Juin 2009 (B.O.I.), publié dans la série 3 L-1-09, la Direction générale des Finances publiques apporte des précisions en ce qui concerne le régime applicable en matière de TVA, aux opérations portant sur les droits à polluer.

Cette Instruction définit tout d'abord les droits à polluer en fonction du système communautaire d'échange de quotas d'émission, puis indique dans quelle mesure les opérations dans ce domaine se trouvent exonérées de TVA.

1. Définition des droits à polluer

Le système communautaire d'échange de quotas d'émission se fonde sur les principes suivants :

  • octroi par l'autorité compétente des Etats membres des autorisations d'émettre des gaz à effet de serre délivrées aux exploitants d'installation produisant de telles émissions.
  • octroi par les Etats membres d'un certain volume de quotas d'émission aux exploitants des installations ayant obtenu ces autorisations.
  • possibilité de "transfert" de ces quotas entre personnes établies dans la Communauté ou dans des pays tiers où ces quotas sont reconnus, gérée par inscription dans un registre national.

Cette possibilité de cession n'est pas réservée aux seules entreprises émettrices de gaz à effet de serre.

Par ailleurs, le Protocole de Kyoto a prévu la création de "crédits carbone" sous forme d' "unités de réduction des émissions" qui sont attribuées aux porteurs de projets destinés à réduire les émissions dans les pays en développement ou en transition.
A l'instar des quotas d'émission, ces unités sont négociables par leurs titulaires.

2. Régime applicable en matière de TVA

Les quotas d'émission et les unités de réduction des émissions constituent des biens meubles incorporels.
La cession de ces droits constitue une prestation de services située dans le champ d'application de la TVA, lorsqu'elle est effectuée à titre onéreux par un assujetti agissant en tant que tel (article 256 du Code général des impôts).

A l'image d'instruments financiers dérivés, les quotas d'émission et les unités de réduction font aujourd'hui l'objet de transferts sur des marchés publics de négociation et d'échange.

Aussi, il y a lieu de considérer que les opérations portant sur ces droits bénéficient de l'exonération mentionnée à l'article 261 C. 1° e. du C.G.I. (relative aux opérations, autres que la garde et la gestion, portant sur les titres).

Ainsi, les cessions, au comptant ou à terme, de gré à gré ou sur un marché de négociation, de quotas d'émission et d'unités de réduction des émissions, ainsi que les prestations de négociation portant sur ces droits, sont exonérées de la TVA.

Comme quoi, la fiscalité va se nicher partout et fort heureusement, la bataille pour la sauvegarde de l'environnement bénéficie au passage de cette "mode".

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.