Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

L'affaire Coeur Défense : la confirmation de la portée de la procédure de sauvegarde

| Mis à jour le 30/10/2014 | Publié le 14/03/2011


La décision rendue par la cour d'appel de Paris le 25 février 2010 avait suscité de nombreuses interrogations quant à l'application de la procédure de sauvegarde. C'est à ces nombreuses questions que la Cour de cassation répond, dans un arrêt du 8 mars 2011.

La chambre commerciale restitue toute la portée de la procédure de sauvegarde en s'opposant à toute restriction qui ne résulterait pas littéralement des conditions légales d'ouverture. Que la protection que cette procédure offre paraisse parfois excessive aux créanciers et trop opportune pour le débiteur ne la regarde pas, puisque telle est la volonté du législateur.

Les droits des créanciers en matière de procédures collectives

Toutefois, elle ne se désintéresse pas du sort des créanciers en leur accordant le maximum qui soit en son pouvoir sans dénaturer la loi, à savoir le droit de faire valoir leurs droits, ce pour quoi elle leur ouvre largement la voie de la tierce opposition. C'est pourquoi dans sa décision, la Cour de cassation considère que « la tierce opposition est ouverte à l'encontre du jugement statuant sur l'ouverture de la procédure de sauvegarde à tout créancier invoquant des moyens qui lui sont propres ».

Les conditions d’ouverture de la procédure de sauvegarde

Si ce point est défendu par la Cour d'appel et par la Cour de cassation, cette dernière censure l'arrêt d'appel sur plusieurs points dont notamment, la finalité de la sauvegarde et l'exception de la fraude. Selon le Code de commerce, pour bénéficier de la sauvegarde, le débiteur, sans être déjà en cessation des paiements, doit « justifier de difficultés qu'il n'est pas en mesure de surmonter », cette procédure étant « destinée à faciliter la réorganisation de l'entreprise afin, notamment, de permettre la poursuite de l'activité économique ».

Les juges de la Cour d'appel de Paris avaient considéré que cette définition comportait des conditions, pour rétracter les jugements d'ouverture de la société bailleresse (Dame Luxembourg) de la tour de la Défense et de la société holding (HOLD). Selon la Cour d'appel, la société bailleresse (Dame Luxembourg) n'invoquait pas l'existence de difficultés pouvant affecter son activité de bailleresse ; et la société holding (HOLD) n'avait pas prétendu éprouver de difficultés à poursuivre son activité de gestion de son portefeuille de titres.

La Cour de cassation juge en revanche qu'il ne résulte nullement des dispositions du Code de commerce « que l'ouverture de la procédure est elle-même subordonnée à l'existence d'une difficulté affectant cette activité ».

L’indifférence de la finalité de la procédure et l’absence de fraude

De plus, la Cour d'appel affirme que la sauvegarde ne peut être ouverte « à seule fin de faire échec à l'exécution du pacte commissoire concernant les titres sociaux que [Dame Luxembourg] détient dans le capital social de la société HOLD, d'autant que l'activité locative de cette dernière peut tout autant se poursuivre normalement quelle que soit la composition de son actionnariat ». Affirmation encore rejetée par la Cour de cassation qui considère que ce motif est sans valeur dès lors que la société demanderesse remplit les conditions d’ouverture de la procédure de sauvegarde.

La cour d'appel avait aussi retenu que la société HOLD avait « cherché à porter atteinte à la force obligatoire de la clause des contrats de prêt lui imposant une obligation de couverture répondant à certains critères de notation et [Dame Luxembourg] à échapper à l'exécution du pacte commissoire ». Là encore, c'était confondre l'effet d'aubaine résultant de la loi pour le débiteur en difficulté soustrait aux poursuites individuelles de ses créanciers, avec un prétendu « dévoiement » de la procédure. Comme le dit la Cour de cassation, dans un autre attendu de principe, « hors le cas de fraude, l'ouverture de la procédure de sauvegarde ne peut être refusée au débiteur, au motif qu'il chercherait ainsi à échapper à ses obligations contractuelles, dès lors qu'il justifie, par ailleurs, de difficultés qu'il n'est pas en mesure de surmonter et qui sont de nature à le conduire à la cessation des paiements » (cette dernière condition ayant été supprimée par la réforme de 2008). Ici, nulle « instrumentalisation » de la procédure.

En somme, rien ne s'oppose à ce que la procédure profite à des holdings, à des sociétés ad hoc, simples véhicules d'acquisition, peu importe que, derrière l'entreprise, soient protégés les actionnaires, ce qui ouvre grand la voie de la sauvegarde aux holdings d'acquisition dans les opérations de leveraged buy out (LBO).

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.