Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Interdiction de licencier un salarié pour cause d'inaptitude lorsque cette inaptitude est la conséquence directe d'un harcèlement moral

Par Jade Wu, juriste | Mis à jour le 25/08/2014 | Publié le 04/11/2011


Il arrive qu’au sein d’une entreprise un collègue, un supérieur, ait un comportement qui  dégrade les conditions de travail : c’est le cas du harcèlement moral.  De tels agissements entraînent des conséquences  pour les personnes qui en sont victime : altération de la santé, atteinte à la dignité mais aussi compromission de l’avenir professionnel. En effet, le harcèlement moral peut entraîner l’inaptitude du salarié, et il est possible que l’employeur utilise cette inaptitude comme motif de licenciement. Un tel motif est-il valable aux yeux de la justice ?

Une telle affaire a en effet été récemment portée devant la Cour de cassation. Rappelons les faits d’espèce : une salariée dans l’industrie pharmaceutique est victime d’un harcèlement moral exercé par sa supérieure hiérarchique.  Elle signale l’existence d’un harcèlement à son employeur. Suite à une visite médicale, elle est déclarée inapte à tous postes. L’employeur décide de la licencier, et licencie également sa supérieure hiérarchique, auteur du harcèlement moral.  Cette salariée a saisi les juges pour contester ce licenciement. Selon elle, l’inaptitude est la conséquence directe du harcèlement moral qu’elle a subit. Or, son employeur rejette l’existence de ce harcèlement. Les juges de la Chambre sociale de la Cour de cassation se sont penchés sur la lettre de licenciement de la personne auteur du harcèlement moral  et ont conclu qu’il existe une présomption d’existence du harcèlement moral :

  • Lorsqu’une personne a une attitude générale qui est incompatible avec sa fonction
  • Lorsqu’une personne entretient un comportement agressif se traduisant par des insultes, des propos dévalorisants, une attitude grossière.
  • Lorsqu’une personne a des pratiques managériales allant à l’encontre des valeurs prônées par l’entreprise

Aussi, les juges, grâce à la lettre, ont pu reconnaître l’existence du harcèlement moral, et ont ainsi déclaré ce licenciement non valide : aucun salarié ne peut être licencié en raison du harcèlement moral qu'il a subi, dès lors que c’est ce harcèlement moral qui est à l'origine de son inaptitude à reprendre le travail.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.