Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit de la construction / Immobilier / Promotion

Impossibilité pour le bailleur de cumuler « assurance loyers impayés » et cautionnement

Par Elisabeth Guelle, Juriste en droit immobilier | Mis à jour le 27/08/2014 | Publié le 07/05/2009


La pratique quasi-systématique des propriétaires visant à exiger un cautionnement du locataire vient d’être mise à mal par l’article 55 de la loi du 25 mars 2009 dite de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion (loi MOLLE).

Contenu de l’article 55 de la loi MOLLE

L’article 55 de la loi MOLLE interdit au bailleur louant un logement non meublé, d’exiger un cautionnement s’il a souscrit une assurance garantissant les obligations locatives du locataire.

Il devient donc exclu pour le bailleur qui a une garantie (assurance privée ou GRL) de demander en plus au locataire, la caution d’un tiers.

Le bailleur qui confie la gestion de son logement à un administrateur de biens ayant lui-même souscrit une assurance doit-il être considéré comment assuré personnellement ?

La FNAIM (fédération nationale de l’immobilier) considère que ce n’est pas le cas, il faut néanmoins que le bailleur reste prudent car cette interprétation n’est pas unanime. Le bailleur ne doit pas prendre de risque, ainsi, en attendant d’éventuelles précisions, il convient pour le propriétaire qui a confié la gestion de son patrimoine à un administrateur de biens de ne plus exiger de caution au locataire.

Impact de cette disposition sur le marché locatif

Cette mesure a un impact aussi bien sur les propriétaires que sur les locataires.

Le bailleur devra donc choisir entre le cautionnement et l’assurance « loyer impayés ».

Le cautionnement, s’il permet d’appeler en garantie une tierce personne, n’est pas sans risque. Le contentieux en la matière est abondant et il n’est pas rare que les cautionnements soient annulés ou que la caution soit elle-même défaillante.

Les locataires, ne disposant pas de caution, pourront désormais trouver plus facilement un logement.

Cette disposition, passée quasiment inaperçue, aura un impact sur le marché locatif. Cependant les effets ne seront sûrement pas ceux espérés puisqu’en privant les bailleurs du traditionnel cautionnement, le législateur ne les incitera pas à louer leurs biens.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Archives d'Avocats Picovschi

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.