Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Le fonctionnement de la Société Européenne

Par Maggy RICHARD | Mis à jour le 18/08/2014


La société européenne vise à faciliter les activités des entreprises au sein de l’Union européenne, sous une forme juridique régie à la fois par le droit communautaire et celui des différents Etats membres. Le décret du 14 avril 2006 précise les modalités de constitution, de publicité mais également de transfert de ce type inédit de société. Les sociétés européennes sont ainsi régies par les dispositions de ce décret ainsi que par les dispositions applicables aux sociétés anonymes qui ne leur sont pas contraires.

Comment constituer une société européenne ?

Différents modes permettent de constituer une société européenne, à partir d’au moins deux sociétés préexistantes situées dans deux Etats membres différents.

Elle peut tout d’abord peut être constituée par fusion. Les sociétés désirant fusionner devront alors remettre à un notaire un dossier comprenant certains documents obligatoires, notamment les statuts de la société européenne et le projet de fusion.

Il est également possible de constituer une société européenne holding, à l’initiative de deux sociétés distinctes, chaque société participant à l’opération devant alors insérer dans un journal d’annonces légales un avis, ou encore passer par la création d’une filiale commune aux deux sociétés. Enfin, une société européenne peut être constituée par transformation d’une société anonyme possédant une filiale dans un autre Etat membre. La publication d’un avis est alors encore une fois de plus nécessaire.

Les modalités de transfert de la société européenne

En cas de transfert du siège social de la société européenne dans un autre membre de la Communauté Européenne, il convient de procéder à la publication d’un avis dans un journal d’annonces légales. Cet avis doit comporter certaines mentions, notamment la dénomination sociale, l’Etat dans lequel le transfert est envisagé et la date du projet.

La décision de l’assemblée générale relativement à ce transfert doit être également publiée et ce dans un journal habilité à recevoir des annonces légales dans le département du siège social, ainsi qu’au Bulletin des annonces légales obligatoires lorsqu’il s’agit d’une société opérant des appels publics à l’épargne ou lorsque ses actions ne revêtent pas toutes la forme nominative.

En cas d’opposition des actionnaires à ce transfert, ils doivent agir dans le mois suivant cette publication. La société doit en outre formuler une offre de rachat à chacun des actionnaires par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.

Par ailleurs, un notaire devra contrôler la légalité du transfert de siège social.

En cas de projet de création ou de transfert d’une société européenne, l’appui d’un avocat d’affaires s’avère être un atout majeur tout au long de la procédure. Au fait des actes à effectuer et des mentions obligatoires, il saura vous orienter vers les stratégies les plus efficaces.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.