Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit international

Financer vos exportations : le crédit documentaire

Par Marion Jaecki, Elève-avocate | Mis à jour le 30/07/2014 | Publié le 15/02/2011


Dans le cadre du commerce international, les montants en jeu et l'éloignement des partenaires commerciaux ont conduit à la création par les institutions financières d'un instrument de paiement spécifique appelé « crédit documentaire », autrement dit lettre de crédit (L/C) ou plus familièrement « crédoc ». Technique initialement utilisée pour les ventes maritimes, le crédit documentaire est aujourd'hui également utilisé dans le cadre de transports de marchandises par voie terrestre ou aérienne.

Qu'est-ce que le crédit documentaire ?

L'objet de cet instrument de crédit est de sécuriser le paiement au profit du vendeur, tout en assurant une sécurité de livraison pour l'acquéreur. Les intérêts des deux parties ne sont en effet de prime abord pas nécessairement compatibles, le vendeur souhaitant être payé, et l'acheteur, quant à lui, étant désireux de recevoir le bien dans les quantités, qualités, et délais contractuels voulus.

La technique du crédit documentaire présente l'avantage de concilier ces deux exigences.

Par définition, il s'agit de l'engagement d'une banque de payer un montant défini au fournisseur d'une marchandise ou d'un service, contre la remise, dans un délai déterminé, de documents énumérés qui prouvent que les marchandises ont été expédiées ou que les prestations ou services ont été effectués. Ces documents ont pour objet de justifier l'exécution de ses prestations par le fournisseur. 

Le crédit documentaire fonctionne donc en plusieurs étapes. Tout d'abord, le fournisseur envoie des documents justificatifs à la banque, prouvant qu'il a bien effectué ses obligations contractuelles. La banque paye alors le fournisseur pour la prestation rendue. Par la suite, cette même banque transmet les documents faisant état de la bonne exécution de la prestation à l'acquéreur contre remboursement.

Pourquoi avoir recours à un crédit documentaire ?

Cette technique est à même de satisfaire les exigences des deux parties. Le vendeur recevra paiement dès qu'il aura exécuté ses obligations contractuelles, et ce, même si l'acquéreur éprouve une quelconque difficulté à le faire, puisque la banque s'est engagée à effectuer le paiement. De son côté, l'acquéreur ne versera les fonds que lorsqu'il recevra les documents lui permettant de prendre possession de la marchandise.

Le principe du paiement par la voie du crédit documentaire sera généralement arrêté dans le contrat de vente. Il convient de prêter une attention toute particulière à la clause relative au mode de paiement, puisque c'est sur cette base que l'acquéreur pourra obtenir l'ouverture d'un crédit par sa banque

Les termes de la lettre de crédit émise par la banque doivent également être précis. Le banquier étant considéré comme une partie tierce au contrat de vente, il ne sera pas lié par ses stipulations. Autrement dit, si les termes de la lettre de crédit diffèrent de ceux du contrat de vente, le banquier ne sera tenu de respecter que les clauses de la lettre de crédit. 

Dans le but de guider les cocontractants, la Chambre de Commerce Internationale a élaboré les « Règles et Usances Uniformes (RUU 500) ». Il s'agit d'un corps de règles privées gouvernant le crédit documentaire qui remportent une large audience à travers le monde. Les parties ont la possibilité de s'y référer de manière explicite dans leur contrat pour compléter les éventuelles lacunes de leur convention.

Le renvoi au RUU n'est cependant pas une réponse universelle à toutes les problématiques. Les parties sont donc encouragées à rédiger une clause de juridiction avec l'aide d'un avocat expérimenté en Droit des affaires, dans laquelle elles désigneront le juge compétent en cas de litige.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.