Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Faites de votre entreprise à ceder une affaire incontournable

| Article archivé


Dirigeant d'entreprise, vous vous interrogez sur l'opportunité de céder maintenant votre entreprise. Elle est à l'apogée de ses résultats, vous êtes en pleine possession de vos moyens pour aborder ce dossier. C'est vraisemblablement le bon moment pour lancer les opérations.

Première étape : améliorer immédiatement la rentabilité de la société à vendre

Or, la pression exercée par les charges sociales sur les bénéfices des entreprises en France grève de façon considérable la rentabilité du poste du dirigeant et réduit d'autant plus son attractivité, car le regard du repreneur ainsi que son banquier (personnage éminemment important à prendre en considération dés le démarrage des opérations) va immédiatement se porter sur le montant du salaire net versé au dirigeant qu'il peut devenir. 

Notre cabinet d'avocats d'affaires s'est donc interrogé sur la possibilité d'agir sur le volume des charges sociales.

Il existe un moyen parfaitement légal d'agir sur ce point : le transfert de statut social du dirigeant et de sa force de vente permet de réduire le taux de charges sociales appliqué à ces catégories de 60% à 25% environ, tout en leur maintenant la couverture sociale octroyée par la Sécurité Sociale.

Par exemple, pour un salaire représentant pour une société un « coût global entreprise » (CGE) de 136 000 euros, l'économie de charges sociales s'élèverait annuellement à 27 000 euros environ. Cette augmentation mécanique de la rentabilité du poste de dirigeant va se répercuter tout aussi mécaniquement sur la valorisation de l'entreprise et la rendre beaucoup plus attrayante pour un repreneur ou un investisseur.

Grâce à l'économie de charges sociales réalisée, non seulement sur le poste du dirigeant, mais également sur celui des associés, collaborateurs privilégiés, force de vente, etc.., le repreneur disposera de nouvelles ressources financières qui supprimeront la problématique liée au financement de la reprise.

En outre, cette opération d'optimisation sociale va donner lieu au toilettage juridique de l'entreprise, voire à la réorganisation de son management afin d'optimiser le calcul des cash-flow futurs, argument essentiel pour sa cession.

Pour faire simple et rapide, pour qu'une entreprise intéresse un repreneur, elle doit être avant tout viable et donc le plus profitable.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.