Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit social

Employeurs, prenez garde à la rupture abusive de la période d'essai !

Par Elodie COIPEL, Juriste | Mis à jour le 08/08/2014 | Publié le 20/02/2012


Vous embauchez un salarié en ou CDD, prenez garde à ne pas rompre la période d’essai de façon abusive. Si tel est le cas, vous pourriez être condamné à verser des indemnités au salarié pour rupture abusive de la période d’essai. Ainsi, selon un arrêt de la Cour de cassation, rompre la période d’essai après deux jours est abusif.

L’intérêt de la période d’essai

La période d’essai est une phase de transition. Il s’agit en quelques sortes de l’antichambre de l’emploi. Durant la période d’essai, les règles du licenciement et de la démission ne sont pas applicables. Cette période permet à l’employeur d’évaluer les compétences du salarié et permet au salarié d’apprécier si le poste lui convient.

Cette durée pour les CDI est prévue dans le code du travail, elle ne peut dépasser deux mois pour les ouvriers et les employés ; trois mois pour les agents de maîtrise et les techniciens et quatre mois pour les cadres. Son renouvellement doit être prévu au contrat.

Pour les CDD l’article le code dispose : « Le contrat de travail à durée déterminée peut comporter une période d'essai. Sauf si des usages ou des stipulations conventionnelles prévoient des durées moindres, cette période d'essai ne peut excéder une durée calculée à raison d'un jour par semaine, dans la limite de deux semaines lorsque la durée initialement prévue au contrat est au plus égale à six mois et d'un mois dans les autres cas. Lorsque le contrat ne comporte pas de terme précis, la période d'essai est calculée par rapport à la durée minimale du contrat ».

La rupture abusive de la période d’essai et la condamnation de l’employeur

Bien que les règles relatives au licenciement ne soient pas applicables pendant la période d’essai, cette période ne doit pas être rompue abusivement.

Une jurisprudence de la Cour de cassation, traite de la rupture abusive de la période d’essai.

Les faits sont les suivants : M. X a été engagé en qualité d'agent de sécurité par la société Sécurité protection par contrat à durée déterminée à temps partiel du 10 mars 2008 au 31 décembre 2008, avec une période d'essai d'un mois. Par lettre du 14 mars 2008, l'employeur a mis fin à la période d'essai. M. X a saisi la juridiction prud'homale aux fins de voir déclarer la rupture abusive et se voir allouer des dommages-intérêts.

La Cour d’appel condamne l’employeur à indemniser le salarié pour rupture abusive de la période d’essai.

L’employeur forme un pourvoi en cassation. La Cour de cassation rejette le pourvoi de l’employeur aux motifs que « si l'employeur peut discrétionnairement mettre fin aux relations contractuelles avant l'expiration de la période d'essai, ce n'est que sous réserve de ne pas faire dégénérer ce droit en abus ; qu'ayant constaté que la société Sécurité protection avait mis fin à la période d'essai du salarié, fixée à un mois, après seulement deux jours de travail et sans avoir pu apprécier sa valeur professionnelle, la cour d'appel, saisie d'une demande fondée sur l'abus de droit, a caractérisé la faute de l'employeur et a souverainement évalué le préjudice dont elle a justifié l'existence par l'évaluation qu'elle en a faite ».

L’avocat compétent dans le domaine du Droit du travail saura vous conseiller et vous assister.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.