Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Droit de la consommation : quelles sont les clauses abusives ?

Par Marion Jaecki, Elève avocate | Mis à jour le 18/08/2014 | Publié le 29/06/2011


C’est non sans humour qu’Albert Brie, sociologue américain, a pu écrire qu’« Aux yeux d’un commerçant, un consommateur averti en vaut la moitié d’un ».

Le législateur tendant à considérer le consommateur comme une partie faible par rapport au commerçant, le Droit de la consommation regorge de dispositions protectrices des consommateurs et des non-professionnels. Il prévoit notamment que certaines clauses, qualifiées d’abusives, doivent être réputées non écrites. Autrement dit, si le contrat conclu entre le commerçant et le consommateur ou le non-professionnel comprend des stipulations abusives, celles-ci ne pourront pas être invoquées par le commerçant.

Qu’est-ce qu’une clause abusive ?

Selon le Code de la consommation, une clause abusive est une clause ayant pour objet ou pour effet de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat, au détriment du non-professionnel ou du consommateur.

Le champ d’application des clauses abusives est particulièrement large, puisque le contrat peut revêtir des formes et supports variés. Sont ainsi concernés les bons de commande, factures, ou encore bons de garantie contenant « des stipulations négociées librement ou non ou des références à des conditions générales préétablies ».

C’est un décret en Conseil d’Etat qui détermine une liste des clauses abusives. En réalité, le texte distingue deux séries de clauses.

Les clauses nécessairement abusives

Certaines clauses sont dites nécessairement abusives, dans la mesure où elles portent une atteinte grave à l’équilibre du contrat. Aucune justification du commerçant ne parviendra à « sauver » ce type de clauses.

Sont ainsi formellement interdites les clauses ayant pour objet ou pour effet de :

  • Constater l'adhésion du non-professionnel ou du consommateur à des clauses qui ne figurent pas dans l'écrit qu'il accepte ou qui sont reprises dans un autre document auquel il n'est pas fait expressément référence lors de la conclusion du contrat et dont il n'a pas eu connaissance avant sa conclusion ;
  • Restreindre l'obligation pour le professionnel de respecter les engagements pris par ses préposés ou ses mandataires ;
  • Réserver au professionnel le droit de modifier unilatéralement les clauses du contrat relatives à sa durée, aux caractéristiques ou au prix du bien à livrer ou du service à rendre ;
  • Accorder au seul professionnel le droit de déterminer si la chose livrée ou les services fournis sont conformes ou non aux stipulations du contrat ou lui conférer le droit exclusif d'interpréter une quelconque clause du contrat ;
  • Contraindre le non-professionnel ou le consommateur à exécuter ses obligations alors que, réciproquement, le professionnel n'exécuterait pas ses obligations de délivrance ou de garantie d'un bien ou son obligation de fourniture d'un service ;
  • Supprimer ou réduire le droit à réparation du préjudice subi par le non-professionnel ou le consommateur en cas de manquement par le professionnel à l'une quelconque de ses obligations ;
  • Interdire au non-professionnel ou au consommateur le droit de demander la résolution ou la résiliation du contrat en cas d'inexécution par le professionnel de ses obligations de délivrance ou de garantie d'un bien ou de son obligation de fourniture d'un service ;
  • Reconnaître au professionnel le droit de résilier discrétionnairement le contrat, sans reconnaître le même droit au non-professionnel ou au consommateur ;
  • Permettre au professionnel de retenir les sommes versées au titre de prestations non réalisées par lui, lorsque celui-ci résilie lui-même discrétionnairement le contrat ;
  • Soumettre, dans les contrats à durée indéterminée, la résiliation à un délai de préavis plus long pour le non-professionnel ou le consommateur que pour le professionnel ;
  • Subordonner, dans les contrats à durée indéterminée, la résiliation par le non-professionnel ou par le consommateur au versement d'une indemnité au profit du professionnel ;
  • Imposer au non-professionnel ou au consommateur la charge de la preuve, qui, en vertu du droit applicable, devrait incomber normalement à l'autre partie au contrat.

Les clauses présumées abusives, à charge de preuve contraire par le commerçant

D’autres clauses sont en revanche simplement présumées abusives. Si le consommateur invoque le caractère abusif de la stipulation contractuelle, le professionnel aura la possibilité de rapporter la preuve contraire. Il pourra ainsi démontrer l’absence de déséquilibre entre les droits et obligations des parties, ou que si la clause instaure effectivement un déséquilibre, celui-ci se trouve compensé par d’autres dispositions du contrat.

Sont ainsi présumées abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de :

  • Prévoir un engagement ferme du non-professionnel ou du consommateur, alors que l'exécution des prestations du professionnel est assujettie à une condition dont la réalisation dépend de sa seule volonté ;
  • Autoriser le professionnel à conserver des sommes versées par le non-professionnel ou le consommateur lorsque celui-ci renonce à conclure ou à exécuter le contrat, sans prévoir réciproquement le droit pour le non-professionnel ou le consommateur de percevoir une indemnité d'un montant équivalent, ou égale au double en cas de versement d'arrhes, si c'est le professionnel qui renonce ;
  • Imposer au non-professionnel ou au consommateur qui n'exécute pas ses obligations une indemnité d'un montant manifestement disproportionné ;
  • Reconnaître au professionnel la faculté de résilier le contrat sans préavis d'une durée raisonnable ;
  • Permettre au professionnel de procéder à la cession de son contrat sans l'accord du non-professionnel ou du consommateur et lorsque cette cession est susceptible d'engendrer une diminution des droits du non-professionnel ou du consommateur ;
  • Réserver au professionnel le droit de modifier unilatéralement les clauses du contrat relatives aux droits et obligations des parties ;
  • Stipuler une date indicative d'exécution du contrat, hors les cas où la loi l'autorise ;
  • Soumettre la résolution ou la résiliation du contrat à des conditions ou modalités plus rigoureuses pour le non-professionnel ou le consommateur que pour le professionnel ;
  • Limiter indûment les moyens de preuve à la disposition du non-professionnel ou du consommateur ;
  • Supprimer ou entraver l'exercice d'actions en justice ou des voies de recours par le consommateur, notamment en obligeant le consommateur à saisir exclusivement une juridiction d'arbitrage non couverte par des dispositions légales ou à passer exclusivement par un mode alternatif de règlement des litiges.

Pour apprécier le caractère abusif de la clause, le juge se référera à toutes les circonstances ayant entouré la conclusion du contrat ainsi qu’à son contenu dans son ensemble, voire aux autres contrats passés entre les mêmes parties.  

Il convient de noter pour finir que seule la clause litigieuse sera réputée non écrite : le contrat restera applicable dans toutes ses dispositions autres que celles jugées abusives, à condition que le contrat puisse être maintenu sans la clause objet du débat.

L’avocat compétent en matière de Droit de la consommation saura indiquer au commerçant comme au non-professionnel ou au consommateur quelles clauses sont susceptibles d’être jugées abusives. En cas de litige, il sera en mesure de mettre en place avec vous une argumentation efficace afin de défendre vos intérêts et faire valoir les droits qui sont les vôtres.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.