Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Déclaration de créance : l’habilitation du directeur général d’une Banque populaire

| Mis à jour le 20/08/2014 | Publié le 23/08/2011


En matière de redressement ou de liquidation judiciaire, les créanciers de l’entreprise débitrice doivent procéder à la déclaration de leurs créances. Cela peut parfois soulever des problématiques quant au point de savoir quelles sont les personnes légalement habilitées à effectuer une telle déclaration. La Cour de cassation, par un arrêt en date du 12 juillet 2011, rappelle que le directeur général d’une Banque populaire, ayant opté pour la forme sociale d’une société anonyme, dispose du pouvoir d’ester en justice au nom de la banque et ainsi de procéder à une déclaration de créance.  

Suite à la mise en liquidation judiciaire d’une société, une Banque populaire a déclaré sa créance en sa qualité de créancier par l’intermédiaire de son directeur général. Le liquidateur judiciaire ainsi que les cautions de l’entreprise débitrice ont contesté le pouvoir de l'auteur de la déclaration de créance.

La cour d’appel a rejeté sa déclaration de créance au passif de la liquidation judiciaire de la société et en a constaté l'extinction. Elle estimait en effet que les sociétés banques populaires étaient régies par des dispositions spécifiques du Code monétaire et financier et que la banque ne rapportait pas la preuve que son directeur général était investi, par les statuts de l’entreprise, du pouvoir d’effectuer une déclaration de créance.

La Cour de cassation est cependant venue censurer ce raisonnement, estimant au contraire que le directeur général d’une banque populaire tenait des dispositions du Code de commerce le pouvoir d’ester en justice au nom de la banque et par conséquent de procéder à une déclaration de créance. La cour tire sa justification du fait que la banque avait opté pour la forme sociale d’une société anonyme et relevait ainsi du régime classique de ce type de sociétés, conférant au directeur général « les pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la société ».

Il pouvait donc parfaitement effectuer toute demande en justice au nom de la banque et déclarer les créances de celle-ci, en l’absence de clause contraire dans les statuts.

L’avocat compétent en Droit des sociétés saura vous assister. Les enjeux en présence justifient pleinement le recours à un professionnel du droit qui saura vous informer sur vos droits et devoirs et assurer la protection de vos intérêts.


Sources : Com.12 juillet 2011, n° 10-18444

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.