Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit international

Créer une entreprise en Chine

Par Dan Wang, avocat au barreau de Pékin | Mis à jour le 23/07/2014


Depuis la réforme et l'ouverture, le commerce extérieur de la Chine a enregistré un développement rapide. L'absorption du capital étranger a été la première mesure adoptée par la Chine au moment de son ouverture sur l'extérieur. Après son entrée à l'OMC, elle connaît un environnement d'investissement complexe, plus harmonisé avec les normes internationales et encourage l'investissement étranger sur une échelle plus grande et plus large que prévue. Elle laisse plus de liberté aux investisseurs étrangers qui ne seront pas obligés de devenir partenaires lorsqu'ils veulent créer leur entreprise en Chine. Donc il y a la possibilité de créer une entreprise avec des capitaux 100% étrangers.

Pour l'investissement en Chine, il faut d'abord connaître la situation actuelle de la Chine, également bien définir votre marché et réaliser une étude du marché sur lequel vous désirez vous lancer. Depuis sa participation à l'OMC, la Chine adopte une attitude plus active pour élargir son ouverture sur l'extérieur. Elle ouvre davantage ses marchés dans les secteurs du commerce, de la finance, de l'assurance… Malgré tout, il faut noter que la Chine est un pays gigantesque, il y a des disparités entre les villes qui ne sont pas toutes propices aux affaires : généralement, les provinces intérieures de la Chine sont oubliées du développement, et les villes les plus favorables aux entreprises sont Pékin, Shanghai, Shenzhen et Canton. 

La Chine distingue clairement les entreprises chinoises et les entreprises étrangères. Pour les premières, ce sont des entreprises établies entièrement à l'aide de capitaux chinois et suivant la loi chinoise sur le Droit des sociétés. En ce qui concerne les entreprises étrangères, il existe plusieurs structures juridiques comme nous l'avons précisé précédemment, pouvant aujourd'hui être détenues à la fois par des partenaires chinois et étrangers ou seulement par des étrangers. Plusieurs formes juridiques sont à noter en ce qui concerne les investisseurs étrangers désireux de s'implanter.

Le bureau de représentation 

Il s'agit de la forme la plus courante utilisée par les investisseurs étrangers pour une première présence en Chine. Avec ce type de bureau, les investisseurs n'ont pas besoin d'apporter des capitaux sociaux, la formalité est toute simple. Côté inconvénient,  le bureau de représentation  n'a aucune relation légale avec des tiers à l'entreprise principale avec lesquels il n'a donc pas le pouvoir de contracter, de conclure le contrat, étant alors un simple relais de l'entreprise. En outre, il n'a pas de personnalité juridique donc il engage la responsabilité personnelle de son responsable et l'expose à tous les risques liés à l'entreprise, sans limitation.

C'est donc une formule à fuir...

Les entreprises à investissements étrangers (les joint-ventures) 

Selon le Droit des affaires chinois, le montant du capital social minimum n'est pas précisé, mais dans la pratique, il est d'un million de yuans. Il s'agit de toutes les entreprises détenues à la fois par les étrangers et les chinois. Il existe encore les différentes formes de ces entreprises à l'investissement étranger : 

  • Les entreprises à capitaux mixtes (le joint-venture à capitaux mixtes) : la participation des étrangers dans ces entreprises n'est pas plafonnée et les bénéfices redistribués proportionnellement à l'apport initial de chacun ;
  • L'entreprise conjointe de coopération (le joint-venture contractuel) : toutes les modalités de répartition des bénéfices et la part sont déterminées par le contrat.

Pour les deux types d'entreprise à investissements étrangers,  la loi chinoise oblige que les investisseurs étrangers en partenariat avec des investisseurs chinois peuvent investir dans les sociétés commerciales ou dans des sociétés de droit commun chinois appelées sociétés à responsabilité limitée et société par actions. Il faut noter que dans le premier cas, les investisseurs étrangers doivent détenir au moins 25% du capital de la société (capital social minimum de 30 millions de yuans). 

Les entreprises aux capitaux exclusivement étrangers (Wholly Foreign-Owned Enterprises) 

Ce sont les entreprises dont le capital est donc détenu par un ou plusieurs investisseurs étrangers. Elles ont la préférence des étrangers car la réforme de 2001 a supprimé leur obligation d'exporter plus de 50% des biens qu'elles produisaient dans l'année. Depuis 2004, les entreprises aux capitaux exclusivement étrangers ont le droit de vendre les produits importés sur le territoire chinois et ceux qu'elles y fabriquent. Ce statut peut vous garantir une autonomie de gestion et vous évide d'avoir un partenaire chinois. Elles sont organisées sous forme de sociétés à responsabilité limitée. Le capital social minimum est fixé par la législation suivant l'activité de l'entreprise.

Il faut noter que pour créer ce type de l'entreprise, un agent accrédité est en principe obligatoire pour déposer les dossiers d'enregistrement auprès des administrations, ce processeur prenant environ deux mois.

La fiscalité  en Chine

Une convention fiscale bilatérale existe entre la France et la Chine pour éviter la double imposition et prévenir l'évasion et la fraude fiscales, organisant ainsi la fiscalité des sociétés françaises implantées sur le territoire chinois. 

Le taux de l'impôt sur le revenu des personnes physiques est progressif, allant de 3% à 45%. Le taux de l'impôt sur les sociétés est de 25% des bénéfices, des entreprises chinoises comme étrangères, depuis la réforme fiscale de 2007 adoptée par la Chine afin de favoriser le développement économique du pays et les investissements étrangers.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

icon drapeau chinois Consultez notre site chinois
访问我们的中文网站

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.