Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Comment trouver un bon avocat ?

Par Stéphanie ALVES, Avocat pré stagiaire | Mis à jour le 28/07/2014 | Publié le 21/05/2010


L'avocat ne jouit pas toujours d'une bonne réputation. Si indéniablement, il est connu et reconnu pour être le défenseur des grandes causes, le protecteur des droits et libertés,  il est aussi parfois affublé de qualificatifs pas toujours très élogieux : l'avocat arrogant, l'avocat indisponible, manquant cruellement d'humilité….. L'opinion publique est parfois dure avec la profession.

Or, ce manque de reconnaissance est surtout révélateur d'une mauvaise perception du métier de l'avocat. Comme tout professionnel du droit, il est investi d'une responsabilité professionnelle de plus en plus accrue, à tel point que son travail exige une infaillibilité presque absolue, tant les conséquences juridiques peuvent être importantes.

Pour accéder à la profession, l'avocat doit prêter serment qui constitue le fondement de la déontologie en rappelant les principes essentiels de la profession.

Embrasser la profession d'avocat c'est donc s'obliger à respecter un certain nombre de règles juridiques et éthiques dans sa pratique et ses relations professionnelles et extraprofessionnelles.

La principale mission de l'avocat est donc de servir la cause du justiciable. Il sera là pour vous conseiller, vous orienter et vous guider tout au long du chemin, parfois tortueux, de la vie juridique et judiciaire.

Comment choisir le meilleur avocat pour son affaire ?

Deux éléments objectifs sont caractéristiques et indispensables à la réussite d'une affaire : la confidentialité et la compétence.

La confidentialité

En effet, s'il y a un point essentiel qui assurément est le préalable au succès, c'est la relation de confiance qui doit exister entre l'avocat et son client. La contrepartie de cette confiance sera la confidentialité des échanges. Un avocat pour défendre au mieux les intérêts de son client doit tout connaître.

Un bon avocat sera donc celui qui saura mettre en confiance son client et qui aura ainsi toutes les clés pour assurer une bonne défense.

Les compétences

Il convient de rappeler que l'accès à la profession d'avocat n'est pas aisé. Tout avocat, pour s'inscrire au barreau, doit avoir suivi une formation juridique initiale de haut niveau marquée par au minimum quatre années universitaires. Il doit ensuite obtenir un Certificat d'Aptitude à la Profession d'Avocat (CAPA). Ce parcours académique assez long garantit sa compétence dans toutes les matières du droit et une pratique professionnelle rigoureuse.

Tous les avocats sont donc a priori compétents.

Toutefois, si une affaire heurte les convictions de l'avocat, ou s'il ne peut pas consacrer au dossier un temps suffisant pour bien préparer la défense d'un client, ou bien encore en cas de conflit d'intérêts, il peut refuser le dossier.

De la même manière, un avocat peut également refuser de se charger de votre affaire, s'il ne s'estime pas compétent. Cela peut paraître étrange pour le client mais la déontologie de l'avocat lui interdit catégoriquement de s'occuper d'une affaire dans un domaine qu'il ne maîtrise pas.

Pour l'avocat, ce refus ne constitue pas le constat d'une incompétence. Bien au contraire, un bon avocat connaît ses limites. Le domaine du droit est vaste et il est bien évidemment impossible pour un avocat de connaître parfaitement toutes les matières juridiques.

En somme, si l'on souhaite tracer l'esquisse du « bon avocat », on peut dire qu'être un bon avocat, c'est être …

…l'avocat qui informe 

Un bon avocat se doit de rester en alerte face aux mutations économiques, sociales et technologiques de notre société.

Chaque jour apporte son lot de textes législatifs, réglementaires et administratifs au niveau national mais également au niveau européen : les directives, règlements ou recommandations communautaires font également partie de la réalité mouvante de notre droit. De la même manière, les décisions des tribunaux changent et l'avocat sera attentif aux revirements jurisprudentiels.

Un avocat qui souhaite garantir la meilleure prestation à son client doit donc se tenir informé de toutes ces évolutions et de leurs conséquences.

…l'avocat qui conseille

La mission permanente d'assistance juridique amène l'avocat à dispenser des consultations sur des thèmes variés.

L'avocat est un technicien du droit et ce faisant, son conseil peut être déterminant pour la faisabilité, la mise en place et la pérennité de grands projets.

L'avocat va ainsi examiner en profondeur le projet de son client et en étudier la viabilité, la complexité et surtout y déceler les éventuels problèmes juridiques.

Un bon avocat sera celui qui se mettra en totale synergie avec les attentes de son client afin que tous les problèmes juridiques soient envisagés, afin que toutes les solutions soient juridiquement analysées.

Il voguera entre droit commercial, droit des sociétés, droit fiscal, droit de la propriété intellectuelle, droit des successions, droit immobilier, droit pénal des affaires etc.

…l'avocat qui assiste et négocie

En dehors de tout litige, cette mission de l'avocat est également toute aussi importante. Il doit savoir négocier les contrats, parfois représentant d'important investissements financiers et économiques : contrats commerciaux, licences de marques, accords de confidentialité

Si le contentieux est né, la mission de l'avocat sera alors d'intervenir pour tenter une conciliation des parties. Son rôle de négociateur prend alors toute son envergure, toutes les garanties de confidentialité devant être absolument assurées.

Bien évidemment, c'est dans le cadre de ces tentatives de conciliation ou de médiation que les qualités relationnelles et professionnelles de l'avocat prennent une dimension particulière.

…l'avocat qui défend

Si la phase contentieuse est devenu inévitable, l'avocat sera là pour assister son client, le représenter dans les différentes phases de la procédure, et plaider sa cause tant en première instance qu'en appel, devant toutes les juridictions de l'ordre judiciaire et administratif, ainsi que devant tous les organismes juridictionnels (commissions paritaires et administratives, conseils de discipline...).

Les avocats échangent des conclusions ou des mémoires pour répondre aux arguments adverses.

Oralement : il plaidera devant les juges.

Il faut noter que la complexité croissante de la procédure et la technicité des contentieux tendent à accroître de plus en plus le rôle d'assistance de l'avocat, y compris dans les litiges les plus quotidiens. Un bon avocat devient de ce fait un allié de plus en plus indispensable.

Mais surtout un bon avocat est celui qui innove !

Le droit évolue mais laisse place à beaucoup de créativité !  

De nombreux exemples ne sont plus à citer : nouvelles optimisations fiscales ou sociales, nouvelles tactiques procédurales, anticipations de nouvelles problématiques juridiques (par exemple : conclusion d'un contrat de transport par l'achat du billet, statuts de salariés reconnus à des candidats de jeux télévisés…) Ce ne sont là que quelques exemples de l'évolution de notre droit face aux enjeux de notre société.

D'ailleurs, avec la mise en place de la question prioritaire de constitutionalité, l'avocat, protecteur des grandes causes a de nouveaux moyens ! Il est désormais du devoir de l'avocat de soulever, à l'occasion d'un procès intenté devant les juridictions administratives ou judiciaires, la question de la constitutionnalité d'une loi portant atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. Vaste travail !

Après tout, c'est peut être ça être un bon avocat, savoir se poser les bonnes questions !

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.