Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des affaires

Caution bancaire : les conditions de modification des mentions manuscrites prescrites par la loi

Par Roselyne G. ATCHIGUE, Juriste | Mis à jour le 08/10/2014 | Publié le 28/04/2011


La chambre commerciale, par deux arrêts rendus le 5 avril 2011, précise les conditions de la nullité d'un engagement de caution en cas de modification apportée à la formule exigée par la loi. La nullité d'un engagement de caution est ainsi encourue lorsque la mention manuscrite portée sur l'engagement de caution n'est pas identique aux mentions prescrites par le Code de la consommation.

Les mentions manuscrites obligatoires en matière de cautionnement

Il est important de faire un bref exposé de ces arrêts car la solution et les précisions données par la Cour de cassation apportent un éclairage nouveau. Dans ces affaires, deux couples se rendent cautions solidaires des engagements de deux sociétés commerciales. Ces sociétés ayant été mises en liquidation judiciaire, les banques se sont tournées vers les cautions pour obtenir le paiement de leurs créances.

Dans les deux affaires, les cautions sollicitées ont toutes deux soulevé la nullité de leurs engagements respectifs, en raison des déformations apportées aux deux mentions manuscrites obligatoirement portées sur l'acte de cautionnement. Ces mentions, instaurées par la loi du 1er août 2003 pour l'initiative économique, ont pour but de garantir l'information et la mise en garde préalables des cautions.

Dans le 1er arrêt, une virgule avait été ajoutée entre les deux textes prévus par le Code de la consommation. La cour d'appel en avait ainsi déduit la nullité de l'engagement de caution et du cautionnement solidaire, en raison du caractère incertain de la formule ainsi obtenue.

Dans la seconde affaire, les parties avaient assez largement modifié les mentions, ce qui rendait difficile la compréhension générale du texte obtenu. La cour d'appel avait là aussi conclu à la nullité de l'engagement de caution.

Les sanctions liées à l’inobservation des mentions manuscrites

En 2008, la Chambre commerciale de la Cour de Cassation avait rappelé que la sanction de l'inobservation de la mention imposée par le Code de la consommation ne pouvait conduire qu'à l'impossibilité pour la banque de se prévaloir de la solidarité. L’engagement de cautionnement demeurait applicable, en tant que cautionnement simple.

Toutefois, en 2009, la chambre commerciale avait admis la nullité de « l'engagement de caution, pris par acte sous seing privé par une personne physique envers un créancier professionnel, qui ne comporte pas la mention manuscrite exigée par ce texte ». Jusqu'à présent, la Cour de cassation ne s'était pas prononcée sur les modifications des mentions manuscrites.

L’absence de nullité en cas de simple erreur matérielle

Pour motiver ses décisions, la Haute cour a opéré une différence entre l'erreur matérielle, qui n'affecte pas la portée des mentions manuscrites et la modification substantielle, qui entraîne la nullité des engagements lorsqu'elle n'est pas identique aux mentions figurant dans le Code de la consommation.

Ainsi dans la première espèce, la Chambre commerciale énonce que  « l'apposition d'une virgule entre la formule caractérisant l'engagement de caution et celle relative à la solidarité n'affecte pas la portée des mentions manuscrites conformes aux dispositions légales », validant ainsi l'engagement de caution du couple.

Alors que dans le second arrêt, la Cour de cassation retient que « la nullité d'un engagement de caution souscrit par une personne physique envers un créancier professionnel est encourue du seul fait que la mention manuscrite portée sur l'engagement de caution n'est pas identique aux mentions prescrites par le Code de la consommation, à l'exception de l'hypothèse dans laquelle ce défaut d'identité résulterait d'erreur matérielle » et déclare nul l'engagement de caution du couple.

La Cour de cassation refuse ainsi de sanctionner par la nullité des engagements de caution les motifs tirés de la forme qui ne sont pas considérés comme annihilant le consentement. En cas de conflit lié à un engagement de cautionnement, avoir recours à un avocat en Droit bancaire reste votre meilleur atout afin de mettre en œuvre les recours adéquats.


Sources : Cour de cassation Com. 5 avr. 2011, n° 10-16.426, FS-P+B, Com. 5 avr. 2011, n° 09-14.358, FS-P+B

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.