Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit pénal des Affaires

Abus de biens sociaux : une vision très extensive de l'usage contraire à l'intérêt social

| Mis à jour le 28/04/2015 | Publié le 06/04/2012


L’abus de biens sociaux commis par un dirigeant doit être contraire à l’intérêt social. Mais qu’est-ce que l’usage contraire à l’intérêt social ? Quand y-a-t-il abus de biens sociaux ? Avocats PICOVSCHI vous en apprend plus dans les lignes qui suivent.

Qu’est-ce que l’abus de bien sociaux ?

L'archétype est sans nul doute l'abus de biens sociaux commis par un dirigeant et qui a pour conséquence d'appauvrir le patrimoine de sa société. Le caractère contraire à l'intérêt social est alors indéniable.

Toutefois outre ces cas d'école, la jurisprudence a eu la volonté de donner une définition très extensive du caractère contraire à l'intérêt social, appliquant ainsi le délit d'abus de biens sociaux à des actes pourtant loin de porter atteinte à l'intérêt social.

Les cas d’abus de biens sociaux sanctionnés par les juges

Voici un dirigeant qui abuse des pouvoirs qu'il détient au sein de sa société pour se voir accorder par celle-ci un cautionnement. La conclusion d'un tel contrat n'est pas intrinsèquement contraire à l'intérêt social. Le patrimoine de la société ne sera obligé à la dette seulement en cas de défaillance du dirigeant.

Néanmoins, la Cour de cassation au travers d'une jurisprudence constante, déclare ce cautionnement contraire à l'intérêt de la société dans la mesure où il « fait peser un risque » sur cet intérêt. Le simple risque relatif à l'intérêt social suffit donc à caractériser l'infraction. 

Mais la Cour ne s'arrête pas en si mauvais chemin. 

Elle va, non sans avoir hésitée, considérer que la commission d'une infraction pénale par le dirigeant pour le compte de sa société, s'analyse contraire à l'intérêt de celle-ci. 

Prenons l'exemple d'un chef d'entreprise qui, pour obtenir un marché très lucratif, commet le délit de corruption. La commission de cette infraction va permettre à la société de s'accroitre considérablement et va conséquemment augmenter son patrimoine. Comment considérer alors que cet acte est contraire à l'intérêt social ? Il est certes répréhensible au titre du délit de corruption mais ne devrait pas l'être au titre de l'abus de biens sociaux.

La Cour de cassation a pourtant affirmé, par une jurisprudence en  date du 27octobre 1997 et constante depuis lors, que « l'utilisation des fonds sociaux ayant pour seul objet de commettre un délit tel que la corruption est contraire à l'intérêt social en ce qu'elle expose la personne morale au risque anormal de sanctions pénales ou fiscales contre elle-même et ses dirigeants et porte atteinte à son crédit et à sa réputation ».

Ainsi, la commission d'une infraction serait contraire à l'intérêt de la société dans la mesure où elle fait nécessairement peser un risque de sanctions pénales ou fiscales sur celle-ci et porte atteinte à son crédit et à sa réputation. 

Cette solution mérite la critique. En effet, quel rôle veut-on attribuer à l'abus de bien sociaux ? Quelle valeur sociale protège-t-on ? L'atteinte au patrimoine social ? Certes, alors pourquoi réprimer des faits qui n'ont eu pour conséquence que d'enrichir la société. D'autant qu'il existe des réponses pénales applicables, en l'espèce l'infraction de corruption. Il ne s'agit évidemment pas ici d'inciter les chefs d'entreprise à commettre des infractions mais bien de respecter le domaine de chaque infraction et par la même le principe de légalité. 

Comme en témoigne cet article, en matière  d’infractions au droit des affaires, les notions sont proches mais distinctes. Le recours à un avocat compétent en droit des affaires s’avère nécessaire pour entreprendre toute action relative à une infraction au droit pénal des affaires. Avocats PICOVSCHI dispose d’avocats compétents qui pourront mener à bien la défense des intérêts de la société mais également du dirigeant.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Vient de paraître

Loi Sapin 2 : quels aspects de l’assurance vie seront touchés ? Avocats Picovschi vous prévient !

Les lecteurs d'Avocats Picovschi ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.